Séminaire 2017-2018

Les séances du séminaire ont lieu le jeudi entre 14h30 à 16h30 à la Maison des sciences de l’homme, Paris Nord (20 Avenue George Sand, 93210 Saint-Denis) située à la sortie du métro Front Populaire (ligne 12)

 

Séance 1. Jeudi 12 octobre, salle 404

Zahra Jahan-Bakhsh : Dubai et les canaux de diffusion de l’art visuel de la région MENA

Zahra Jahan-Bakhsh est docteure en sociologie des arts et de la culture de l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Elle est rattachée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS).


Séance 2. Jeudi 9 novembre, salle 404

Alice Bombardier, Les revues artistiques iraniennes des années 1940-1950: des laboratoires de création métissés

Alice Bombardier est agrégée de géographie et titulaire d’un doctorat de sociologie à l’EHESS, ainsi que de civilisations arabe et persane à l’Université de Genève. Elle est l’auteure du livre Les pionniers de la Nouvelle peinture en Iran. Œuvres méconnues, activités novatrices et scandales au tournant des années 1940 paru en 2017 chez Peter Lang (Berne).


Séance 3. Jeudi 14 décembre, salle 404

Thomas Brisson, Les circulations d’intellectuels entre le monde arabe, l’Europe et les Etats-Unis (années 1960-1980). Intellectuels et critiques du monde arabe au prisme du transnational

Thomas Brisson, Maitre de Conférences-HDR au département de science politique de l’université Paris 8 et chercheur au LabTop-Cresppa (CNRS-Paris), termine actuellement un ouvrage de sociologie politique sur les diasporas intellectuelles et les critiques anti-occidentales (La Découverte).


Séance 4. Jeudi 11 janvier, salle 404

Kaoutar Harchi, Le champ des lettres françaises ou la fabrique de l’altérité littéraire. Le cas des écrivains algériens dits « francophones »

Kaoutar Harchi est docteure en sociologie, chercheure associée au Cerlis (Paris-Descartes), post-doctoral researcher à UCLA, Californie. Elle assure actuellement des enseignements à Sciences Po Paris, Reims. Sa thèse, publiée sous le titre Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne. Des écrivains à l’épreuve (Fayard-Pauvert, préf. Jean-Louis Fabiani, 2016) a porté sur les modalités de reconnaissance des écrivains algériens de langue française, en France (1945-2015). Ses travaux de recherche s’intéressent notamment à la formation historique des nationalismes littéraires, à l’émergence contemporaine des champs artistiques et intellectuels au Maghreb, en Afrique ainsi qu’à la circulation internationale des textes et des idées par la traduction.

 

 


Séance 5. Jeudi 8 février, salle 404

Némésis Srour, Circulations des films hindis à Beyrouth, au Caire et à Dubaï : circuits marchands, politique et diasporas (1954-2015)

Némésis Srour prépare un doctorat à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (CEIAS/EHESS-CNRS, Paris) sur les circuits de diffusion des films indiens au Moyen-Orient depuis les années 1950. Elle a notamment publié des articles sur le processus de déterritorialisation de l’image dans les vidéos arabes (Š. Paunksnis ed., Dislocating Globality, 2016), sur l’exploitation en Inde (Claude Forest, Hélène Valmary eds., La vie des salles de cinéma, 2014) et sur les réseaux de diffusion des films hindis à Dubaï (D. Marchetti ed., La circulation des productions culturelles, 2017).


Séance 6. Jeudi 8 mars, salle 407

Lectures

Présentation d’ouvrages

Majab al-Imam et Mohammad Abdel Aziz (2014), La traduction et les problématiques périphériques, Travaux du Congrès de Doha organisé par le Forum for Arab and International relations », Fairforum, 2014 (présenté par Sadia Agsous)

Zeynep Devrim Gürsel, Image brokers Vizualizing world news in the age of digital circulation, University of California Press, 2016 (présenté par Dominique Marchetti)

 

 

 


Séance 7. Jeudi 12 avril, salle 407

Angela Jansen, «Il n’y avait pas de mode au Maroc avant» : (Re)Créer l’histoire de la mode au Maroc

Angela Jansen est une anthropologue culturelle et de la mode dont la thèse de doctorat porte sur l’industrie de la mode au Maroc (Université de Leiden, 2910). Elle est l’auteur de ´Moroccan Fashion Design, Tradition and Modernity’ (Bloomsbury, 2014) et co-auteur avec Jennifer Craik de ´Modern Fashion Traditions: Negociating Modernity Through Fashion’ (Bloomsbury, 2016). Elle est actuellement chercheuse indépendante basée à Bruxelles où elle travaille sur un manuscrit concernant l’anthropologie de la mode.  Elle est l’initiatrice du NWFashionConference.org et ses recherches visent à mettre un terme aux notions eurocentriques conventionnelles de la mode, en encourageant un nouveau courant de pensée selon lequel la mode est considérée comme un phénomène multivalent et pluraliste dans le monde.

 


Séance 8. Jeudi 17 mai, salle 404

Sarah El-Richani, The Lebanese Media. Anatomy of a System in Perpetual Crisis

 

Sarah El-Richani is a visiting fellow at the Centre for Lebanese Studies, St. Anthony’s College, University of Oxford, UK. She has authored studies for several media development organizations, including BBC Media Action and Article 19.