Recherche en cours : objet et terrains

Ce projet trouve son origine dans le faible intérêt porté par les recherches de langue française, en sciences humaines et sociales, aux mutations que connaissent les industries culturelles et médiatiques dans les pays de la région MENA. Celle-ci connaît, en effet, depuis deux décennies des bouleversements sans précédent de son paysage informationnel et un foisonnement de biens culturels, confectionnés en son sein ou venus d’ailleurs. Performance des réseaux informatiques et format numérique aidant, ces productions culturelles empruntent des réseaux où il est vain de construire des catégories séparant l’économie dite « formelle » ou « informelle ». Les mutations liées à la fois aux innovations technologiques, aux enjeux économiques et financiers croissants conduisent les régimes politiques de la région à réguler et à investir dans différentes filières pour mieux contrôler les productions et la diffusion. Par exemple, dans les pays du Maghreb, des instances de régulation, inspirées du modèle français du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), ont été mises en place : la HACA au Maroc, la HAICA en Tunisie postrévolutionnaire et l’ARAV, encore à l’état de projet en Algérie.

Plus largement, une série de transformations politiques ont produit des effets importants dans la production et la circulation des produits culturels dans cette région du monde. La fin de la guerre froide, les bouleversements géopolitiques incarnés par les effets des attentats du 11 septembre 2001, l’installation durable d’un parti islamo-conservateur en Turquie au début des années 2000, l’alternance politique depuis 2011 dans plusieurs pays parlant majoritairement des langues arabes ainsi que, bien évidemment, la présence croissante des pays du Golfe dans l’économie de la région ont favorisé la restructuration des marchés internationaux, régionaux et nationaux des biens culturels. Les positions des différents pays sur ces marchés, qu’il s’agisse par exemple de l’information internationale journalistique, des séries télévisées, des films de cinéma, etc. ont été profondément bouleversées. De même, le déclin de l’Egypte et de la Syrie, les ambitions de la Turquie, tout comme de la Russie et de la Chine, qui ont une présence croissante en langue arabe, reconfigurent la position des États-Unis et des anciennes puissances coloniales européennes sur ces espaces culturels.

Face à des enjeux aussi importants et en dépit des liens historiques de pôles de recherche et d’enseignement français avec la région MENA, les recherches en langue française dans ce domaine demeurent relativement rares et dispersées, les chercheurs réalisant des terrains sur les pays dits « arabes » privilégiant très fortement des thématiques récurrentes (la vie politique et diplomatique, les religions, les minorités, les études urbaines et rurales, etc.). La littérature existante sur les productions culturelles porte très majoritairement, depuis le milieu des années 1990, sur les flux informationnels, les recompositions des champs médiatiques, en particulier au Proche-Orient et moins au Maghreb[1], mais aussi sur la réception des télévisions arabes transnationales. Un nombre très important de travaux de recherches portent également depuis une dizaine d’années sur les réseaux numériques dits sociaux et le rôle qu’ils ont joué dans les révoltes au sein de plusieurs pays majoritairement de langue arabe, mais aussi désormais sur les questions de « transition médiatique ». Deux chercheurs de l’IRMC de l’équipe développent un programme à ce sujet.

Tenant compte de ces acquis importants mais aussi de cette lacune générale, les axes de ce projet se situent à trois échelles. La première entend ne pas cloisonner les biens culturels dans des spécialités (médias, cinémas, séries, etc.) mais d’étudier ensemble leur production, leur diffusion et leurs appropriations dans la région MENA. Ce souci reste relativement rare[2]. La deuxième est de placer au cœur de l’analyse relationnelle les questions socioéconomiques des entreprises médiatiques, les profils de leurs initiateurs et de leurs employés, les enjeux pour les États et les organisations internationales. Autrement dit, il est indispensable de combiner l’analyse des contenus avec des perspectives sociologiques, économiques, historiques et politiques. Par exemple, un faible nombre de recherches ont été consacrées à la présence d’entreprises de presse écrite sur supports papier et réseaux numériques, toujours à la recherche d’un équilibre économique et le plus souvent en lutte pour la liberté d’expression. De même, quand les cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient font l’objet de travaux universitaires, les films sont pensés avant tout comme œuvres artistiques et rarement comme des entreprises financières. Il existe peu de recherches sur la sociologie des publics et du cinéma dans cette région du monde. Pourtant l’industrie cinématographique y connaît un ensemble de mutations qui concernent tant la production, le financement, la circulation que la consommation des films. Le troisième axe vise à étudier en même temps les transformations des espaces médiatiques et culturels nationaux, qui sont loin d’être homogènes comme tend à le faire croire l’expression « monde arabe », avec celles des espaces internationaux des biens culturels. Autrement dit, il s’agit non seulement de considérer cette « aire culturelle » comme un terrain comme les autres mais aussi dans ses relations avec d’autres espaces géopolitiques. Par exemple, les phénomènes de circulation ne seront pas traités exclusivement depuis la région MENA mais aussi vers elle.

Pour contribuer à défricher ce chantier de recherche et mobiliser à termes plusieurs équipes de recherches, nous proposons dans un premier temps de fédérer nos précédentes investigations et de consacrer nos efforts à un terrain portant sur les entreprises de presse, non adossées aux partis politiques, au Maroc et en Tunisie, autour de trois thématiques que nous développons plus loin.

[1] T. Guaaybess, Télévisions arabes sur orbite: un système médiatique en mutation: 1960-2004, Paris, CNRS éditions, 2005 ; Y. Gonzalez-Quijano et T. Guaaybess, Les Arabes parlent aux Arabes : La révolution de l’information dans le monde arabe, Arles, Actes Sud, 2009.

[2] On peut citer une série de travaux issus de programmes de recherche et de colloques : T. Mattelart, dir., La mondialisation des médias contre la censure. Tiers-Monde et audiovisuel sans frontières, Paris-Bruxelles, INA-De Boeck, 2002) ; J.-Ph. Bras et L. Chouikha, dir., Médias et technologies de communication au Maghreb et en Méditerranée. Mondialisation, redéploiement et « arts de faire », Actes du séminaire organisé par l’IRMC à Tunis 6-7 octobre 2000, Tunis, IRMC, 2002 ; F. Mermier, dir., Mondialisation et nouveaux médias dans l’espace arabe, Paris, Maisonneuve et Larose, 2003 ; K. Mohsen-Finan, Les Médias en Méditerranée. Nouveaux médias, monde arabe et relations internationales, Arles, Actes Sud, 2009.

Afin de fédérer nos précédentes investigations, nous nous sommes fixés de consacrer nos efforts, dans un premier temps, sur une recherche portant sur les entreprises de presse, non adossées aux partis politiques au Maroc et en Tunisie, autour de trois axes.

Profil des entrepreneurs de presse et contexte socioéconomique

Les études, souvent commanditées par les organisations internationales, portant sur les industries culturelles au Maroc et en Tunisie mettent l’accent sur le faible degré de l’engagement privé dans des projets culturels, malgré l’existence de système d’incitations, sur un marché culturel qui ne favorise pas la promotion des entreprises économiques autorisées. Qu’en est-il quand il s’agit des entreprises médiatiques, et plus particulièrement de la presse écrite ? Nous chercherons à analyser les évolutions à l’œuvre ces dernières années en prenant en compte un contexte socioéconomique caractérisé entre autres par le faible pouvoir d’achat d’une frange importante des publics-cibles ; par un marché publicitaire peu développé et souvent contrôlé par des annonceurs proches des pouvoirs politiques en place ; par les développements technologiques permettant la création de sites d’information en ligne à moindre coûts.

En nous focalisant sur les cas du Maroc et de la Tunisie, ce premier terrain a comme objectif d’analyser les réalités de l’entreprenariat dans le secteur de la presse d’information écrite sur les supports papier et électronique. Il s’agit plus précisément de questionner ce secteur en s’intéressant aux acteurs économiques privés qui les investissent.

Nous interrogerons la notion d’entrepreneur de presse au prisme des réalités des deux pays : peut-on parler réellement d’entrepreneurs de presse au Maroc et en Tunisie ? Si oui, comment le devient-on ? Quels sont les profils d’entrepreneurs de presse ? Quelles sont leurs spécificités ? Quelles sont les stratégies en matière ligne éditoriale ? Quels sont les rapports entretenus avec les publics visés ? Avec le pouvoir politique et économique ? Avec les autres acteurs agissant le cycle de vie de leurs productions ? Quels sont les facteurs à l’origine du renforcement ou de la compromission de la pérennité de ce type d’entreprise dans les deux pays ? À quel moment, peut-on parler de rentabilité ? Au Maroc, comme en Tunisie, les frontières entre économie formelle et économie informelle sont très étanches. Comment cela se traduit dans le secteur de la presse. Quel rôle le recours à ces deux formes d’économie joue dans la pérennisation des entreprises de presse ?

Mode organisationnel au sein des entreprises de presse 

Cet axe se focalise sur le fonctionnement des entreprises de presse dans leur production de l’information, c’est-à-dire que celui-ci est abordé dans une perspective analytique multidimensionnelle :

le niveau politique : le contexte politique dans lequel ces journaux se développent.  L’objectif vise à cerner, d’une part, la place et le positionnement de la presse dite indépendante par rapport à la presse partisane et adossée à des partis politiques et de comprendre les rapports qu’entretient le pouvoir politique avec la presse marocaine ; d’autre part, il s’agit de repérer sa stratégie pour continuer à exercer le contrôle sur la presse au Maroc comme en Tunisie.

le niveau organisationnel de la profession : les entreprises de presses. Leurs caractéristiques, leurs possibilités et leurs contraintes à la fois économiques, politiques et organisationnelles. Une telle analyse permet de mettre l’accent sur les conditions de la production journalistique. Ce niveau professionnel oblige également à restituer la sociographie des journalistes qui exercent dans ces publications (parcours, formations, langues, etc.) Plusieurs aspects feront l’objet d’analyse détaillée

  • La question des sources d’informations, la place accordée à l’enquête sur le terrain et à l’investigation
  • La production de l’information en articulation avec la question de la déontologie
  • Le traitement des informations et la question des « lignes rouges »
  • Origines et formations des journalistes
  • Différenciation entre presses francophone et arabophone
  • Présences et influences de journalistes étrangers dans les rédactions
  • La place accordée à la question du lectorat dans la production journalistique.

Les entreprises de presse écrite et les pouvoirs

En 2014, le rapport mondial de l’organisation américaine Freedom House[1] sur la liberté de la presse, concernant 197 pays, classe la Tunisie à la 112e, l’Algérie à la 127e, la Lybie à la 134e et le Maroc à la 147e. Nous tenterons dans cet axe d’analyser les différentes formes et modalités de contrôle subies par les entreprises de presse marocaines et tunisiennes dont la ligne éditoriale déplaît aux pouvoirs politiques respectifs.

Dans le secteur de la presse, ces contrôles surviennent le plus souvent en plein exercice de l’activité. Ils s’attaquent avant tout à la dimension économique et financière de l’entreprise pour l’asphyxier et pour la fragiliser.  Des patrons de presse se voient condamnés à débourser des sommes très élevées. En 2005, au Maroc, Ali Lamrabet, journaliste et entrepreneur de presse a été interdit d’exercer son métier durant 10 ans. En 2008, le quotidien Almassae est condamné à verser 600 000 euros. Le Journal a vu ses comptes séquestrés et a dû fermer. Les pouvoirs politiques tentent également de contrôler économiquement les réseaux de diffusion. Ils incitent les annonceurs (entreprises d’État ou industriels proches du pouvoir) à boycotter certains journaux et à ne pas diffuser leurs campagnes publicitaires auprès d’eux. Trois journaux attribuent la fin de leur existence à cette forme de contrôle économique : Le Journal, en janvier 2010 ; Al Jarida Al Oula, en mai 2010, et Nichane, en octobre 2010. Enfin, certains journaux sont visés par des actionnaires proches du pouvoir politique pour faire pression sur leur ligne éditoriale. D’autres exemples, plus récents peuvent être cités.

En Tunisie, le contrôle des médias n’a pas disparu avec le départ de Ben Ali. Dans la période post-révolutionnaire, et pendant la phase dite de « transition », l’ingérence des acteurs politiques a combiné des procédés hérités de l’ancien régime avec les opportunités liées à la restructuration de ce secteur. Alors qu’il était au pouvoir, le parti Ennahdha a nommé directement et sans consultation préalable certains directeurs de presse, reproduisant de la sorte un mode de contrôle des rédactions en vigueur à l’époque de l’ATCE. La libéralisation des médias a permis à des acteurs politiques émergents ou résurgents de se positionner dans ce secteur. Dans ce contexte, le contrôle politique de la presse doit être redéfini à partir du rôle qu’exercent les nouvelles instances de régulation et les nouveaux modes d’investissement des partis dans les industries de presse. Le changement de régime en Tunisie implique également de prendre en compte la survivance de pratiques professionnelles, héritées de l’ancien régime, qui dispose le domaine de la presse à une certaine vulnérabilité vis-à-vis des partis politiques.

Un des objectifs sera donc d’observer comment ces modalités de contrôles sont pensées et mises en œuvre dans les deux pays ; d’identifier leurs sources d’inspiration et les formes qu’elles revêtent ; de tenter de mesurer leurs conséquences et d’analyser les stratégies des acteurs pour les contourner et œuvrer dans des conditions qui leurs sont spécifiques. Le développement du numérique, dans le secteur de la presse, a permis ces dernières années à de nouveaux journaux exclusivement en ligne, « pure player », de voir le jour. Comment les pouvoirs politiques des deux pays agissent-ils pour les contrôler avant qu’ils voient le jour ou en plein exercice, en mettant en place des textes de loi contraignants ?

[1] http://freedomhouse.org/report/freedom-press-2014/press-freedom-rankings#.U9Jrd6g31vk), consultée 28 juillet 2014.


L’équipe de recherche

Nous indiquons ici simplement quelques références bibliographiques en lien avec les objectifs de ce projet.

Abdelfettah Benchenna, maître de conférences en sciences de l’information à l’Université Paris 13, membre du LABSIC.

– (2017) « La circulation commerciale des films maghrébins dans les salles de cinéma en France : Enquête sur des entreprises de distribution des films », in D. Marchetti et J. Paris (dir.), La production et la circulation des biens culturels. Cinéma, informations et séries dans les mondes arabes et musulmans, Rabat-Istanbul, Editions CJB-IFEA.

– (2016) (codirection avec Luc Pinhas), Entrepreneurs culturels et industries culturelles dans les pays du Maghreb, Paris, L’Harmattan

– (2016) (codirection avec Patricia Caillé et Nolwenn Mingant), « Circulation des films : La région MENA », Paris, Africultures, N° 102, l’Harmattan

– (2015) « De la mobilisation identitaire à l’entreprise lucrative ? Le cas du portail d’information Yabiladi.com », in T. Mattelart, Médias et migrations dans l’espace euro-méditerranéen, Ed. Mare et Martin, coll. « Media Critic ».

– (2013) « La diffusion des TIC au Maroc : Rôle ambivalent de l’économie informelle ? », in  J.-M. Ledjou et H. Randrianasolo-Rakotobo, Des réseaux et des hommes : Les Suds à l’heure des technologies de l’information et de la communication, Paris, Ed. Karthala – GEMDEV, p. 127-151.

– (2012) « Les TICs dans les pays des Suds: Quarante années de recherche-1970–2010 »,  Tic&société, 5(2-3).

– (2011) « Les produits culturels contrefaits : un outil de renforcement de la dépendance culturelle ? », in T. Mattelart (dir.), Piratages audiovisuels : Les voies souterraines de la mondialisation culturelle, Paris, INA-De Boeck, p. 101-122.


Enrique Klaus, post-doctorant MAEDI en science politique, affecté à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC, Tunis).

– (2017) « La transformation des marchés médiatiques à l’épreuve du redéploiement de la souveraineté de l’État au Maghreb. Les expériences marocaines et tunisiennes de régulation audiovisuelle », in D. Marchetti et J. Paris (dir.), La production et la circulation des biens culturels. Cinéma, informations et séries dans les mondes arabes et musulmans, Rabat-Istanbul, Editions CJB-IFEA.

– (2012) (avec B. Dupret), « Referring to Islam as a practice: Audiences, relevancies and language games within the Egyptian parliament », in B. Dupret, P. Pinto et K. Spellman (eds), Ethnographies of Islam, London/Edinburg, The Agha Khan / The Edinburg University Press,

– (2011) « L’espace médiatique égyptien à l’épreuve des weblogs », in V. Battesti et F. Ireton (eds.), L’Égypte au présent, Arles, Actes Sud.

– (2010) (avec B. Dupret et Z. Ghazzal) « Commenter l’actualité sur Internet. La structure d’intelligibilité d’un forum de discussion arabe », Réseaux, 160.

– (2009) (avec B. Dupret et J.-N. Ferrié), « Scandal and Dialogical Network: What does Morality do to Politics? About the Islamic Headscarf within the Egyptian Parliament », in R. Fitzgerald et W.Housley (eds.), Media, Policy and Interaction, Farnham/Burlington, Ashgate.


Olivier Koch, enseignant en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Galatasaray, membre du LABSIC.

– (2017) « La professionnalisation du journalisme tunisien dans la période transitionnelle : le rôle des acteurs extranationaux », in D. Marchetti avec la collaboration de J. Paris (dir.), La production et la circulation des biens culturels. Cinéma, informations et séries dans les mondes arabes et musulmans, Rabat-Istanbul, Editions CJB-IFEA.

– (2015) (dir. avec T. Mattelart), Géopolitique des chaînes d’information internationales, Ed. Mare & Martin, coll. « Media Critic ».

– (2015) « De la télévision par satellite aux réseaux sociaux », in T. Mattelart et O. Koch, (dir.), Géopolitique des chaînes d’information internationales, Paris, collection « MediaCritic », éditions Mare et Martin.

– (2015) « Cyberactivisme et révolutions arabes : perspectives américaines », in Z. Ben Lagha (dir.), Révolutions et transitions politiques dans le monde arabe, Karthala, à paraître.

– (2011) « Réseaux Free World », Médium, 29, p. 84-98.

– (2011), « Le Hezbollah dans le jeu de la communication internationale », in S. Mervin (dir.), Le Hezbollah, état des lieux, Arles, Actes Sud-IFPO.

 


Driss Ksikes, directeur du CESEM, de la Fondation HEM et directeur de la coll. « Les Presses de l’Université citoyenne » des éditions En toutes lettres.

– (2014) (dir. avec F. Ait-Mous) Le Métier d’intellectuel. Dialogue avec quinze penseurs du Maroc, Casablanca, En Toutes Lettres, Coll. « Les Presses de L’université Citoyenne ».

– (2014) « Chronique des liens contrastés entre médias et pouvoirs au Maroc », Economia.ma, 21, p. 25-31.

– (2013) « Irruption du cyberactivisme dans l’espace public : le cas du Maroc », in S. Najar (dir.), Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe, Paris, Karthala.

« Chaînes d’information satellitaires arabes: jeux de miroir et enjeux de refuge », Quaderns de La Mediterrània, n°8, p. 19-22.

– (2009) « Fragile liberté de presse au Maroc », in K. Mohsen Finan (dir.), Médias en Méditerranée, Arles, MMSH-Actes sud.


Dominique Marchetti, directeur de recherche au CNRS (section sociologie et sciences du droit), Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP, Paris).

– (2017) D. Marchetti, Les nouveaux rapports de forces entre « grossistes » de l’information internationale  : Le cas révélateur de la production et de la circulation transnationale de l’information « marocaine », in D. Marchetti (avec la collaboration de J. Paris), La circulation des productions culturelles : Cinémas, informations et séries télévisées dans les mondes arabes et musulmans [en ligne]. Rabat, Istanbul, Editions Centre Jacques-Berque-Institut français d’études anatoliennes.

– (2017) D. Marchetti avec la collaboration de J. Paris (dir.), La production et la circulation des biens culturels. Cinéma, informations et séries dans les mondes arabes et musulmans, Rabat-Istanbul, Editions Centre Jacques-Berque-Institut français d’études anatoliennes.

– (2016) Coordinateur (avec Larbi Chouikha, Chérif Dris et Belkacem Mostefaoui) du numéro 15 de la revue L’Année du Maghreb : Profession journaliste. Productions, pratiques, mobilités et échanges.

– (2016) (avec Belkacem Mostefaoui, Cherif Dris et Larbi Chouikha) « Introduction », L’Année du Maghreb, n°15, 2016, p. 9-21.

– (2016) « La Turquie, un cas révélateur du marché de l’’information internationale’. L’exemple de la couverture de l’actualité ‘turque’ par les médias français », in O. Koch et T. Mattelart (dir.), Géopolitique des chaînes d’information internationales, Ed. Mare & Martin, coll. « MediaCritic ».

– (2015) (avec J. Hivert) « Numériquement marginaux mais politiquement importants ? La médiatisation nationale et internationale d’une association des droits de l’homme au Maroc », Journal des Anthropologues, n°142-143, p. 227-251.

– (2015) « Les espaces de la migration des biens culturels transnationaux. À propos des logiques de production et de circulation de l’information journalistique transnationale », in J. Siméant (dir.), Enquêtes globales en sciences sociales, Paris, CNRS éditions.

– (2014) Coordinateur scientifique du numéro 21 de la revue Economia.ma : « Économie de l’information et information économique » (juillet).