A propos Dominique Marchetti

Directeur de recherche au CNRS, CESSP, Paris

Accueil

Carnet de route

L’objet de ce carnet est de diffuser les annonces du séminaire et des manifestations scientifiques liées à un groupe de chercheurs. Au-delà, il s’agit de mettre en ligne sous un format audio et/ou vidéos des séances du séminaire pour les faire partager à des publics en dehors de l’espace académique français. Cet outil vise également à faire circuler et connaître des références bibliographiques dans plusieurs langues sur le domaine, de manière à réduire les effets de fermetures disciplinaires et ceux aussi très puissants liés aux aires culturelles. Autrement dit, ce carnet entend constituer un lieu de ressources et non pas seulement de communication.


Séminaire annuel et manifestations scientifiques

Financé par le labex ICCA en partenariat avec le CESSP et le Labsic, ce groupe de recherche est articulé autour d’un séminaire annuel et de manifestations scientifiques régulières. Il s’agit de favoriser la création d’un réseau international de chercheurs et de professionnels pour initier, développer et diffuser des travaux sur les productions culturelles et médiatiques (cinéma, informations, livres, programmes télévisés, séries, etc.) dans les pays du Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Son objectif est de saisir leurs enjeux sociaux, économiques, politiques et culturels en se focalisant sur les spécificités des espaces nationaux et les processus de circulation des productions et des pratiques. En dépit de leur importance, les biens culturels dans la région MENA restent relativement peu traités par les sciences humaines et sociales. Ce projet cherche à rassembler des chercheurs qui, même s’ils travaillent dans ce domaine, demeurent dispersés et n’échangent pas toujours entre eux. L’idée est de contribuer aux circulations des lectures entre espaces nationaux et régionaux. Son intérêt tient en effet, d’une part, à la volonté de favoriser des transferts transdisciplinaires très larges (études arabes, histoire, géographie, sciences du langage, sciences de l’information et de la communication, science politique et sociologie) et, d’autre part, de les inscrire dans un espace académique international où les travaux francophones sont relativement peu visibles. Procéder à une analyse des biens culturels et médiatiques dans les pays de la région MENA, notamment les plus populaires (au double sens du terme), oblige à convoquer un modèle d’analyse approprié qui prend en compte à la fois les spécificités et les réalités politiques, économiques, culturelles, linguistiques et historiques de cette région, en général, et dans chaque espace national en particulier. La mobilisation de perspectives, comme l’économie politique critique de la culture et de la communication ainsi que la sociologie relationnelle des champs, nous semble particulièrement heuristique pour restituer ces phénomènes.

Les axes de ce projet s’articulent autour de trois grandes échelles.

  • La première entend ne pas cloisonner les biens culturels dans des spécialités (médias, cinémas, séries, etc.) mais d’étudier ensemble leur production, leur diffusion et leurs appropriations dans la région MENA. Ce souci reste relativement rare[1].
  • La deuxième est de placer au cœur de l’analyse relationnelle les questions socioéconomiques des entreprises médiatiques, les profils de leurs initiateurs et de leurs employés, les enjeux pour les États et les organisations internationales. Autrement dit, il est indispensable de combiner l’analyse des contenus avec des perspectives sociologiques, économiques, historiques et politiques. Par exemple, un faible nombre de recherches ont été consacrées à la présence d’entreprises de presse écrite sur supports papier et réseaux numériques, toujours à la recherche d’un équilibre économique et le plus souvent en lutte pour la liberté d’expression. De même, quand les cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient font l’objet de travaux universitaires, les films sont pensés avant tout comme œuvres artistiques et rarement comme des entreprises financières. Il existe peu de recherches sur la sociologie des publics et du cinéma dans cette région du monde. Pourtant l’industrie cinématographique y connaît un ensemble de mutations qui concernent tant la production, le financement, la circulation que la consommation des films.
  • Le troisième axe vise à étudier en même temps les transformations des espaces médiatiques et culturels nationaux, qui sont loin d’être homogènes comme tend à le faire croire l’expression « monde arabe », avec celles des espaces internationaux des biens culturels. Autrement dit, il s’agit non seulement de considérer cette « aire culturelle » comme un terrain comme les autres mais aussi dans ses relations avec d’autres espaces géopolitiques. Par exemple, les phénomènes de circulation ne seront pas traités exclusivement depuis la région MENA mais aussi vers elle.

[1] On peut citer une série de travaux issus de programmes de recherche et de colloques : T. Mattelart, dir., La mondialisation des médias contre la censure. Tiers-Monde et audiovisuel sans frontières, Paris-Bruxelles, INA-De Boeck, 2002) ; J.-Ph. Bras et L. Chouikha, dir., Médias et technologies de communication au Maghreb et en Méditerranée. Mondialisation, redéploiement et « arts de faire », Actes du séminaire organisé par l’IRMC à Tunis 6-7 octobre 2000, Tunis, IRMC, 2002 ; F. Mermier, dir., Mondialisation et nouveaux médias dans l’espace arabe, Paris, Maisonneuve et Larose, 2003 ; K. Mohsen-Finan, Les Médias en Méditerranée. Nouveaux médias, monde arabe et relations internationales, Arles, Actes Sud, 2009.


Une recherche en cours : les entreprises de presse au Maroc et en Tunisie

Le second volet de cette démarche est de mener des enquêtes « pilotes » sur un des terrains de ce vaste objet. Une recherche portant sur les entreprises de presse, non adossées aux partis politiques au Maroc et en Tunisie, est actuellement en cours.