Actualités

L’audiovisuel entre les États et les marchés

Les transformations du secteur dans la région MENA depuis les années 1980

Atelier du 2ème congrès du GIS Moyen-Orient et Monde Musulmans

 

 

Samedi 8 juillet 2017 – 13h à 15h30

INALCO, salle 4.10, 65 Rue des Grands Moulins 75013 Paris

Cet atelier s’est focalisé sur les transformations du secteur de l’audiovisuel dans la région MENA depuis les années 1980. Si les recherches en langue française ont plus porté, depuis le milieu des années 1990, sur la recomposition des champs journalistiques nationaux et transnationaux, en particulier dans les pays majoritairement de langue arabe, peu de travaux se sont intéressées aux autres productions audiovisuelles (téléfilms, émissions radiophoniques, programmes de divertissements, programmes religieux, programmes de télévision à destination des enfants et aux adolescents, etc.), aux usages qui en sont faits ainsi qu’aux structures qui les produisent et/ou qui les diffusent. Le questionnement sur les liens qui peuvent exister entre la circulation et la consommation de ces productions et les transformations que connaissent les pays de la zone MENA est un énorme chantier de recherche.

Cette manifestation, qui a obtenu un financement auprès du Labex ICCA, s’est articulée autour de trois grands axes d’analyse. Le premier porte sur les stratégies des États : les modes de contrôles exercés par les pouvoirs politiques et économiques sur ce secteur ; les enjeux géopolitiques, culturels, religieux, etc. de la production et de la circulation des biens culturels au sein des chaînes de télévision dans la région ; les stratégies et les rôles joués par des instances nationales des États en la matière. Le deuxième aspect privilégie des études de cas de structures économiques (diffuseurs, sociétés de production, etc.) intervenant dans le cycle de vie des productions télévisuelles, radiophoniques ou celles empruntant les nouveaux médias numériques connectés. Il s’agit de s’intéresser à la fois aux contenus audiovisuels produits, à leur économie et aux logiques guidant les agents et structures de ce secteur. Dans le troisième volet, l’accent est mis sur des contributions portant sur la réception et la consommation des productions audiovisuelles par les publics dans la région via les différents supports.

Programme

Larbi Chouikha (Institut de Presse et des Sciences de l’Information, IPSI, Université de la Manouba, Tunis)

Les paradoxes du champ télévisuel tunisien : du désengagement de l’État à la difficile régulation institutionnelle

Depuis le 14 janvier 2011, date de la fuite de l’ex-président Ben Ali, le champ télévisuel est passé de la mainmise d’un État omnipotent à un système de régulation institutionnelle encore balbutiant et peu efficient pour la plupart des acteurs – publics et privés -. Non seulement la culture de la régulation de l’audiovisuel en Tunisie est toute récente mais l’expertise nationale en ce domaine fait encore défaut. D’autre part, ce processus de mutation recèle plusieurs paradoxes. Le contraste existe entre, d’un côté, un cadre juridique jugé libéral et, d’un autre, des pratiques et une gestion bien en deçà des principes édictés. De même, il y a une tension entre, d’une part, un désengagement de l’État et, d’autre part, l’émergence de nouveaux acteurs politiques et économiques peu respectueux des normes et de l’éthique professionnelle. Enfin, on constate une opposition entre ceux qui souhaitent insuffler des réformes en profondeur et ceux qui veulent conserver et faire perdurer le statu quo. La HAICA, instance de régulation de l’audiovisuel, se débat, elle-même, dans les contradictions inhérentes à ces paradoxes. Cette situation imprègne aussi bien la gestion des chaînes privées que celle des chaines publiques.

Abdelfettah Benchenna (Université Paris 13, LabSIC, MSH Paris Nord)

Radio Médi 1 : Géopolitique d’une expérience radiophonique aux enjeux multiples

Créée en 1980 sous l’impulsion du Roi du Maroc, Hassan II, Médi 1 est devenue le modèle à suivre par l’ensemble des initiateurs de radios privées, autorisées à émettre depuis la libéralisation des ondes radiophoniques au Maghreb. L’objectif de ce projet de communication est de tenter d’identifier les multiples enjeux qui président à la création et à la pérennisation de cette radio dans la mesure où sa raison d’être est de s’affranchir des frontières géographiques, linguistiques et culturelles. Dès sa création, Médi 1 est pensée comme une radio destinée non seulement aux auditrices et aux auditeurs marocain(E)s mais également aux Algériens et Algériennes, avec l’appui financier et professionnel de la France, et ce jusqu’à ce jour.

Je cherche à comprendre les raisons de lancement et de pérennisation d’une telle initiative en développant quatre enjeux : l’enjeu politique concernant les relations avec l’Algérie et la question du Sahara ; l’enjeu linguistique relatif au bilinguisme comme mode de communication ; l’enjeu culturel puisque Médi1 se présente comme un modèle culturel ouvert sur l’Occident ; l’enjeu économique au sens où le modèle économique de Médi 1 est novateur, la station faisant appel à la fois aux financement publics français et marocains mais également à la publicité. Ce travail s’appuie sur une série d’entretiens réalisés auprès de journalistes français et marocains ayant travaillé ou qui continuent à travailler au sein de cette radio.

Ratiba Hadj-Moussa (York University, Toronto)

Les publics maghrébins de télévision ou les paroles publiques

Cette communication porte sur les publics de télévision au Maghreb en tant qu’interface entre des régimes politiques de type autoritaire et la sphère publique. Il s’agit ici de considérer ces publics comme des lieux de définition et de reformulation de la pratique politique. Les « révolutions arabes » ont montré l’importance des médias et de la télévision, mais beaucoup reste à faire puisqu’il faut sans cesse situer les liens entre les positionnements multiples des publics et la sphère politique. Cette démonstration et cette enquête s’inscrivent en amont de ces révolutions et s’inspirent d’une phénoménologie critique, attentive aux pratiques des acteurs, soucieuse de ne pas minimiser leurs voix.

Discussion

Coordination

Abdelfettah Benchenna, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 13, LABSIC

Dominique Marchetti, directeur de recherche au CNRS en section 36 (Sociologie et sciences du droit), CESSP