Séminaire 2023-2024

Si la première séance se déroulera à un horaire inhabituel (15h-17h), les autres interventions auront lieu le jeudi entre 14h et 16h dans la salle 3.023 du bâtiment Sud du Campus Condorcet (5 cours des Humanités 93322 Aubervilliers) qui est situé à la sortie de la station Front Populaire (ligne 12 du métro francilien). Il est possible de suivre le séminaire à distance en s’inscrivant ici : le lien Zoom qui vous sera communiqué sera inchangé pour cette année. L’équipe d’organisation s’est élargie puisque Maria Adib-Doss, Asmaa Azizi (Université Paris 13, LabSIC) rejoignent Abdelfettah Benchenna (Université Paris 13, LabSIC) et Dominique Marchetti (CNRS, CESSP) pour concocter le programme annuel.

Jeudi 19 octobre 2023 (15h-17h) – Amin Moghadam – La foire d’art de Dubaï (Art Dubai) : enjeux de représentation et de pouvoir aux Émirats arabes unis

Les non-nationaux avec plus de 200 nationalités différentes constituent environ 80 % de la population des sept Émirats arabes unis (EAU), et plus de 90 % de celle de Dubaï. Il n’est donc pas surprenant que les questions relatives à la diversité culturelle et aux différents modes de sa représentation soient omniprésentes dans toutes les sphères socio-politiques des EAU. Le développement des pratiques artistiques et culturelles dans les villes émiriennes notamment depuis les années 2000 avec la création de foires comme celle d’Art Dubaï, du musée du Louvre à Abu-Dhabi et l’émergence des quartiers d’art prennent en compte cette réalité sociale : de nombreux événements et rencontres artistiques évoquent la question de la diversité culturelle qui est aussi reflétée dans le discours politique des dirigeants du pays. Les pratiques et discours mettant en lien les créations artistiques et culturelles avec la diversité de la population et les différentes formes de matérialisation qui en résultent ont pourtant lieu dans un contexte où les étrangers ont des droits limités. L’accès à la citoyenneté leur est quasiment impossible et ils sont uniquement considérés comme des travailleurs temporaires. À travers une analyse des projets culturels évoquant la diversité culturelle aux Émirats, mais aussi des discours portant sur ce thème et des sites de représentation liés, cette présentation tentera de relever les contradictions de ce contexte non-intégratif à travers l’association entre les pratiques artistiques et culturelles et les modes de représentation de la diversité culturelle.

Amin Moghadam est géographe. Il a obtenu son doctorat en géographie humaine et en études urbaines de l’Université de Lyon II, en France. Depuis janvier 2021, il est directeur de recherche (Research Lead)  à l’Université Métropolitaine de Toronto (TMU), au sein de la Chaire d’excellence en recherche du Canada (CERC) sur la migration et l’intégration. Avant ce poste, Amin Moghadam a été chercheur post-doctorant au Center for Iran and Persian Gulf Studies de l’Université de Princeton entre 2016 et 2020. Ses recherches et publications ont porté sur les politiques et pratiques migratoires, sur la diaspora iranienne, sur les circulations culturelles et les mobilités artistiques au Moyen-Orient, en particulier dans la région du golfe Persique (Iran et EAU). 

Jeudi 16 novembre 2023 (14h-16h) – Névyne Zeineldin – Les enjeux de l’autonomisation d’une scène artistique : le cas de Bahreïn

« Booming cities » et « cultural turn » sont des notions qui caractérisent de la région du Golfe arabo-persique depuis les années 2000. Le développement des politiques culturelles a donné lieu à de nombreuses recherches sur les stratégies visant une diversification économique et une légitimation politique grâce à une nouvelle attractivité mondiale. Les Émirats Arabes Unis, le Qatar, Bahreïn, et plus récemment l’Arabie Saoudite, ont connu une transformation majeure au cours des dernières décennies, devenant des centres mondiaux de l’art, de la culture et du tourisme. Qu’en est-il de l’impact de ces politiques publiques sur les sociétés concernées ? Qui sont les artistes mis en avant et selon quels critères ? Quelles sont les stratégies d’adaptation des artistes face à l’instrumentalisation politique de l’art et de la culture ? En prenant la scène artistique de Bahreïn comme cas d’étude, on aborde de nombreuses problématiques sociales, politiques et économiques, au-delà même de la production artistique ou du positionnement de Bahreïn dans une région qui s’affirme de plus en plus dans le domaine culturel. Cette scène est en effet un microcosme révélateur des processus d’inclusion et d’exclusion, des enjeux liés à la mise en scène de la diversité et du cosmopolitisme, des structures et des logiques politiques qui conditionnent les productions artistiques, de la subjectivation des crises sociales et confessionnelles, ou encore des codes qui régissent les interactions sociales. À partir de ce terrain où s’engagent des Bahreïnis et des étrangers, des institutions publiques et des structures et initiatives privées, ma thèse porte plus particulièrement sur les dynamiques internes inhérentes à ces politiques publiques, sur les luttes de pouvoir qui structurent les institutions en question et sur les logiques autonomes qui se mettent en place pour contrer le monopole étatique sur la scène artistique.

Névyne Alexandra Zeineldin est docteure en sociologie et démographie (Paris 5 – CEPED). Après des études de sciences politiques et d’histoire à Paris 1, elle s’engage dans la recherche avec un intérêt particulier pour les expressions identitaires, les mécanismes d’intégration sociale, les processus d’inclusion et d’exclusion, les dynamiques complexes des (im)possibles cosmopolitismes et multiculturalismes, ainsi que les différents types d’engagements et de désengagements politiques. Parallèlement à son travail universitaire, elle s’engage aux côtés d’artistes pour promouvoir des projets interculturels, tissant des liens entre le Moyen-Orient et l’Europe à travers l’art et le travail collaboratif.

Jeudi 14 décembre 2023 (14h-16h) – Jacopo Falchetta – Les enjeux de la traduction audiovisuelle: production et perceptions du doublage en arabe marocain

Le doublage des séries étrangères en arabe dialectal est un phénomène relativement récent dans les pays arabophones. Jusqu’en 2007, tous les films et les séries télévisées étaient sous-titrés ou doublés en arabe standard moderne, langue apprise à l’école et utilisée typiquement dans les situations formelles. Le passage au dialecte a donc impliqué le choix d’une variété linguistique plus proche des contextes communicationnels du quotidien ; suite à ce passage, les séries en question ont connu un grand succès commercial. Pourtant, dans quelques cas, la nécessité de donner une forme codifiée à un dialecte, qui, par définition, n’est pas « standardisé » dans le sens traditionnel du terme, s’est imposée. Cette présentation s’appuie sur une étude de terrain menée au Maroc en 2023 portant, d’une part, sur les idéologies linguistiques sous-tendant la traduction et le doublage des séries turques en arabe dialectal marocain et, d’autre part, sur les perceptions de la langue du doublage par le public. L’observation et l’interrogation des pratiques de doublage dans le studio d’enregistrement ont fait émerger comment l’arabe dialectal marocain est consciemment régulé et affiné par les professionnels ; pourtant, la standardisation linguistique joue un rôle secondaire dans le processus de doublage, l’objectif principal étant la création d’une production médiatique grand public. En parallèle, des entretiens conduits avec des locuteurs d’arabe marocain montrent une variété de réactions à l’usage d’une langue perçue comme nationale et comme relevant de la sphère du quotidien dans une production culturelle étrangère. Différents positionnements idéologiques ont été également relevés par rapport à la variété linguistique employée pour le doublage, tantôt identifiée avec sa propre façon de parler (ou celle d’un groupe social spécifique), tantôt désavouée parce que détachée de la réalité linguistique du pays.

Jacopo Falchetta est chercheur post-doctoral en sociolinguistique et dialectologie arabe à la Faculté de Langues, Littératures et Cultures Étrangères de l’Université de Bergame (Italie). Il a soutenu sa thèse à l’Université d’Aix-Marseille avec un travail de recherche sur les significations sociales de la variation linguistique en arabe marocain. Il a travaillé en tant que chargé de cours d’arabe littéral, arabe marocain et linguistique arabe à l’INALCO, à l’Université de Bayreuth (Allemagne) et à l’Université de Bergame. Ses recherches portent actuellement sur la variation et sur l’idéologie linguistique en lien avec l’usage de l’arabe marocain dialectal dans les médias. Ses publications portent également sur la variation diatopique et diastratique, le contact linguistique et la standardisation informelle des langages vernaculaires urbains.

Jeudi 18 janvier 2024 (14h-16h) – Claire Tomasella – Entre les mondes. Socio-histoire des modes de participation des réalisateurs d’origine étrangère à l’espace cinématographique (France et Allemagne, 1980-2020)

Les travaux sur le cinéma des immigrés et de leurs enfants ont principalement porté leur attention sur les représentations filmiques, n’envisageant celles-ci qu’au prisme d’une seule composante de l’identité de leurs auteurs, celle ayant trait à leur expérience de l’immigration. Afin de percer l’écran homogénéisant de la « diversité », cette contribution fouille les biographies de ces producteurs culturels et les replace dans leurs contextes socio-historiques. L’analyse des catégorisations des productions des réalisateurs d’origine étrangère, ainsi que celle de leurs trajectoires sociales et professionnelles, permet de mettre en lumière deux types de profils de cinéastes : d’un côté, les « étrangers », souvent issus des couches moyennes et supérieures de leurs contrées d’origine, qui produisent des « films d’auteur » de la diversité culturelle, valorisés dans le champ cinématographique international ; de l’autre, les « enfants de l’immigration », issus des catégories sociales populaires et moyennes en France et en Allemagne, dont le cinéma a fait l’objet dans le cadre national de catégorisations à caractère ethnique. Dans un contexte de valorisation réversible des différences culturelles et d’emprise grandissante des logiques économiques sur le monde du cinéma, cette recherche montre également les évolutions des caractéristiques sociales et ressources de départ qui conditionnent la capacité des réalisateurs à poursuivre leurs carrières et à imposer leurs luttes symboliques.

Claire Tomasella est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Ecole de journalisme et de communication d’Aix-Marseille (Aix-Marseille Université) et chercheuse associée au Centre Marc Bloch de Berlin. Titulaire d’un doctorat en Histoire et civilisations obtenu à l’EHESS, elle a soutenu sous la direction de Gérard Noiriel une thèse sur les trajectoires sociales et professionnelles des cinéastes d’origine étrangère en France et en Allemagne (1980-2020). Elle poursuit actuellement ses travaux sur les rapports de pouvoir dans les espaces de production symbolique à l’Institut méditerranéen des sciences de l’information et de la communication  en entamant une recherche sur les parcours de mobilité sociale de journalistes bénéficiaires des dispositifs d’égalité des chances.    

Jeudi 29 février 2024 (14h-16h) – Thomas Richard – La circulation du cinéma palestinien

Un des enjeux fondamentaux du cinéma palestinien a consisté à en faire un outil de construction de la nation en se détachant de l’imagerie coloniale mandataire, puis dans le cadre d’une prise de parole des réalisateurs. Celle-ci s’est tout d’abord développée au travers des unités des tournage intégrées aux mouvements nationaux et ensuite, parmi les Palestiniens sous autorité israélienne puis palestinienne, via la construction de leur propre narratif national, permettant au gré des films d’évoquer poétiquement la nation à naître et de relater le combat. Dans ce sens, le cinéma palestinien (Jacir et al. 2020, Gertz et Khleifi 2008) s’inscrit dans une lignée de cinéma de résistance, en tant qu’outil de mobilisation, documentation, et de combat dans un cadre national, suivant en cela certaines des dimensions les plus classiques du cinéma décolonial.

Cependant, l’épaisseur historique, la variété et les conditions de production de ce cinéma invite à l’interroger aussi sous d’autres angles, tout particulièrement en raison de sa dimension transnationale. Les mobilisations anciennes autour de ce cinéma, et notamment des réseaux de soutien qui ont participé à la création d’une « image palestinienne », sont à la fois des ressources, des opportunités de développement, et potentiellement des contraintes. Cela recouvre aussi bien les cinéastes militants des années 1970 (Godard, Wakamatsu) que l’intégration dans les réseaux de production et de distribution actuels, tout particulièrement autour des institutions européennes.

Ce travail se propose de voir comment le cinéma palestinien circule entre ses territoires, sa relation complexe avec Israël, ses réseaux de soutien et ses relations avec le public prescripteur des festivals internationaux et des institutions de production (Lecler 2013). De ce point de vue, la situation palestinienne apparaît spécifique, se nourrissant d’une forte dimension transnationale et d’une négociation permanente avec le politique. D’un côté, les enjeux de censure que ce cinéma pose peuvent être comparés avec son homologue kurde (Koçer 2013, 2014). De l’autre, son inscription internationale est assez proche, même si elle est distincte, de celle du cinéma libanais ou iranien (Richard 2023), en réinterprétant les notions clés d’exil, d’intimité et de recherche artistique. À partir des travaux de Luc Boltanski et Philippe Braud d’une part, et de ceux de Tristan Mattelart d’autre part, notre objet est de voir comment ces dimensions se croisent et permettent de comprendre les différentes dimensions internationales du cinéma palestinien.

Thomas Richard est docteur en science politique de l’université Clermont-Auvergne. Son travail porte sur les identités et les problématiques culturelles au Moyen-Orient, en particulier dans leurs dimensions conflictuelles. Sa thèse a été récompensée par le prix Michel de l’Hospital, et a été publiée aux éditions LGDJ-Lextenso, en collaboration avec les Presses de l’Université Clermont-Auvergne sous le titre Du musée au cinéma, narrations de guerre au Moyen-Orient. Ses recherches actuelles portent sur le rapport entre le terrorisme et l’image filmée, le cinéma militant au Proche-Orient, les circulations et métissages cinématographiques, la mémoire postcoloniale, et les muséographies au Moyen-Orient. Chercheur associé au Centre Michel de l’Hospital de l’Université Clermont-Auvergne, il est chargé de cours en science politique et études cinématographiques à Paris-8, Paris-I, Lille et à l’ESPOL.

Jeudi 21 mars 2024 (14h-16h) – Nour Halabi – Middle Eastern Television Drama Politics, Aesthetics, Practices

Les fictions télévisées ont acquis une position unique en s’adressant aux larges audiences qu’elles ont attirées depuis l’avènement de la télévision par satellite dans la région MENA dans les années 1990. Ce travail explore le rôle que les industries, l’esthétique et les textes des fictions télévisées jouent dans l’examen critique et la réponse collective aux préoccupations sociales et politiques complexes des créateurs et des consommateurs de cette région, ainsi que dans la réflexion et la représentation de ces préoccupations. Il s’agit du premier examen approfondi de la télévision fictive produite localement au Moyen-Orient. Il complète la littérature existante sur la structure des industries télévisuelles au Moyen-Orient (Sakr, Khalil et Kraidy, etc.), le cinéma (Gugler, Sultany, etc.), les médias d’information (Zayani, Sreberny), et les industries dramatiques nationales (Abu-Lughod, Öztürkmen), qu’il s’agisse de la diabolisation des Frères musulmans et de son lien avec le recul démocratique en Égypte, du rôle que joue la commémoration historique dans les fictions pour justifier la politique gouvernementale et encadrer rétroactivement la mémoire collective de la guerre, ou du travail des distributeurs de fictions pour exporter le contenu des fictions locales, ce travail offre un aperçu des industries télévisuelles de fiction individuelles.

Nour Halabi is an Interdisciplinary Fellow/Assistant Professor at the University of Aberdeen. She is the Vice-Chair of the Race Network of the Media Communication and Cultural Studies Association (MeCCSA) and the Secretary of the Ethnicity and Race Division in the International Communication Association. Her interdisciplinary research examines the interactions between mobility, social movements and global media and discourse. She is author of Radical Hospitality: American Policy, Media, and Immigration and co-editor of Middle Eastern Television Drama: Politics, Aesthetics, Practices (eds. Salamandra & Halabi, 2023) and Discourses in Action (eds.  Krippendorff & Halabi, 2020). Her research also appears in Middle East Critique (2019), Space and Culture, International Journal of Communication and other academic journals. She received her doctorate from the Annenberg School for Communication at the University of Pennsylvania, Masters from The London School of Economics and Bachelors from Paris (IV) Sorbonne.

Jeudi 25 avril 2024 (14h-16h) – Jann Pasler Co-producing knowledge and Morocco’s musical heritage: a relational paradigm for colonial scholarship

The musical dimensions of the Moroccan Protectorate invite us to rethink certain tenets of colonial history, especially lingering nineteenth-century attitudes about ‘indigenous’ populations as ‘savage’. By the mid-twentieth century, efforts to comprehend Moroccan music were far less motivated by domination and submission than other agendas, beginning with ‘cultural protection’ to justify French presence, the Protectorate’s priority since arrival. Publications and promotion of Moroccan music reflected French desire for long-term impact on the region. This enterprise depended on Moroccan as well as European support, addressing local needs and creating alliances with both urban and rural elites with their own political agendas. Offering archival evidence of the French Protectorate’s institutional involvement in renovating Andalusian music – never before examined, yet so important in post-colonial Moroccan identity – and, despite colonial occupation, Moroccan musicians’ agency, this article focuses on the interactions between French administrator Prosper Ricard, Algerian-born musician/ ethnographer Alexis Chottin, and Moroccan musicians equally concerned about their music’s future. Many are here given voice for the first time. Drawing on these stakeholders’ expertise and experiences, they co-created new musical knowledge despite power asymmetries, sustained the musical practices of urban and rural populations, and encouraged traditional, hybrid and modern identities. In their newly-created Conservatory of Moroccan Music, music festivals, and Radio-Maroc, relationships shaped through shared responsibility for outcomes emerge as significantly more complex than between ‘superiors and subalterns’, reaching parity at the Fez festival (1939). Their multifaceted work continues to influence knowledge and praxis today. To understand this requires a new paradigm for colonial scholarship.  

Musicologist, historian, pianist, documentary filmmaker, and distinguished professor, Jann Pasler has published widely on new American and French music, interdisciplinarity, interculturality, race, gender, and radio. Pasler has published widely on new American and French music, interdisciplinarity, interculturality, race, gender, and radio. In recent years, her work on why music mattered in Third Republic France has expanded to music, new media, and governance in the French colonial and postcolonial culture, 1860s-1960s, with particular emphasis on Africa and Vietnam. Research on music and French colonialism has taken her to Vietnam, Tunisia, Senegal, Morocco, and most recently Madagascar, each for multiple long séjours. Early funding came from the National Humanities Center (2006-07), the Institut d’études avancées in Nantes, France (January-June 2010), the National Endowment for the Humanities (2010-11), and the CAORC (2015-16). A fellowship from the ACLS (2016-17) supported writing a book on Colonial Ethnographies of Music and New Media, 1860s-1960. Currently, she is principal investigator of an advanced grant from the European Research Council, “The Sound of Empire in 20th-c. Colonial Cultures: Rethinking History through Music” (2019-2024), Paris.    

Jeudi 16 mai 2024 (14h-16h) – Nadine Tamer – Le secteur médiatique libanais à l’aune du numérique : entre (re) construction identitaire et militantisme

Le secteur des médias au Liban s’est fortement transformé ces dernières années sous l’effet des technologies de l’information et de la communication et des crises successives qui ont secoué le pays en 2019 puis en 2020. De nouveaux médias en ligne, qui se veulent des médias alternatifs et non partisans, ont fait leur apparition à la suite des manifestations particulièrement importantes ces dernières années. Lancés, pour la plupart, par des anciens journalistes de la presse traditionnelle, ces médias sont devenus les nouveaux acteurs d’un paysage médiatique en pleine mutation. Leur développement s’est accompagné de nouvelles promesses pour le pluralisme des idées et des opinions, ouvrant la voie à un nouvel espace médiatique libéré du contrôle politique et confessionnel. Cette communication met en évidence l’évolution du paysage médiatique au Liban suite à l’avènement des médias en ligne. En s’appuyant sur une enquête de terrain (entretiens avec des responsables des médias en ligne) ainsi que sur une étude de contenu, on tentera d’analyser comment ces nouveaux médias aspirent à dynamiser le paysage médiatique libanais peu diversifié et à répondre aux nouvelles exigences des citoyens.

Nadine Tamer est docteure en sciences de l’information et de la communication de l’université Paris II Panthéon-Assas. Elle a soutenu une thèse en sciences de l’information et de la communication sous la direction du Pr Rémy Rieffel (« L’impact des technologies de l’information et de la communication sur les stratégies des entreprises médiatiques au Liban »). Elle enseigne actuellement la communication digitale des organisations en information et communication à Télécom-Saint Etienne. Chercheuse associée au CARISM (Paris II) elle est spécialisée dans les stratégies numériques. Dans une perspective pluridisciplinaire, ses recherches étudient le rôle des rôle des médias numériques dans la transformation de l’ordre social, économique et politique au Liban.



Citer ce billet
Dominique Marchetti (2023, 19 octobre). Séminaire 2023-2024. Productions et circulations des biens culturels : le cas des pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfor

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search