Archives des séminaires (2015-2020)

 

2015-2016

Les différentes séances ont été diffusées simultanément en visioconférence depuis les différents lieux indiqués ci-dessous, qu’il s’agisse de Rabat, Paris, Tunis ou Istanbul.

Vendredi 15 janvier – Rabat (14h à 17h, heure marocaine)

Adresse : CESEM-HEM, Rabat Faculté des Sciences de l’Education – Bd Med Ben Abdellah Regragui Madinat Al Irfane – Rabat

Bouziane Zaïd (Université Al Akhawayne, Ifrane) : « Internet et démocratie au Maroc »

Ahmed Hidass (Institut supérieur de l’information et de la communication, Rabat) : « La liberté d’expression dans les constitutions marocaines »

Coordinateur : Driss Ksikes (ksikes@hem.ac.ma)


Vendredi 12 février – Paris – (15h à 18h, heure française),

 Adresse : Maison des sciences de l’homme, Paris Nord, Salle 413 Sud 20 Avenue George Sand, 93210 Saint-Denis (Métro : Front Populaire, ligne 12)

Bachir Benaziz (Univ. Paris 1, UMR Développement et Sociétés) : « Presse privée en Egypte : Naissance, affirmation et transformations post Moubarak »

Abdelfettah Benchenna (Univ. Paris 13) : « Une économie politique critique de l’entrepreneuriat culturel au Maghreb »

Coordinateurs : Abdelfettah Benchenna (benchenna@univ-paris13.fr) et Dominique Marchetti (dominique.marchetti@cnrs.fr)


Vendredi 11 mars – Tunis (15h à 18h, heure tunisienne)

Adresse : Institut français de Tunisie 20-22, avenue de Paris 1080 Tunis Cedex

Hammami Sadok (Institut de presse et des sciences de l’information, directeur du Centre africain de perfectionnement des journalistes et communicateurs, Tunis)

Olfa Belhassine, journaliste au journal La Presse

Coordinateurs : Enrique Klaus (ek.llevesdiaz@gmail.com) et Sofien Ammar (ammarsofien@yahoo.fr)


Vendredi 8 avril – Istanbul (15h à 18h, heure turque)

Cette séance a été annulée en raison du contexte politique en Turquie.

Coordinateur : Olivier Koch (koches1@yahoo.fr)

 



2016-2017

Les séances du séminaire ont eu lieu le jeudi entre 14h30 à 16h30 à la Maison des sciences de l’homme, Paris Nord (20 Avenue George Sand, 93210 Saint-Denis) située à la sortie du métro Front Populaire (ligne 12).


Séance 1. Jeudi 10 novembre 2016 – Salle 404

Anahi Alviso-Marino (CESSP, Paris – CRAPUL, Lausanne)

Le pouvoir des institutions. Arts visuels et politique au Yémen


Séance 2. Jeudi 15 décembre 2016 – Salle 402

Anouk Cohen (CNRS, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative)

Fabriquer le livre au Maroc (Paris, Karthala, Coll. « Terres et gens d’Islam », avec une préface de Roger Chartier, 2016)


Séance 3. Jeudi 12 janvier 2017 – Salle 403

Mohammed El Oifi (Université Paris 3)

Les chaines d’information en continu en langue arabe : une mise en perspective socio-historique


Séance 4. Jeudi 23 février 2017 – Salle 407

Asmaa Azizi (CELSA, Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication)

Médias et engagement politique des immigrés Marocains en France


Séance 5. Jeudi 16 mars 2017 – Salle 407

Présentation d’ouvrages par les membres du groupe

Arab media moguls

Naomi Sakr, Jakob Skovgaard-Petresen et Donatella Della Ratta (eds), Arab Media Moguls, IB Tauris, 2015

(présenté par Dominique Marchetti).

 

 

image livre 3

Mohamed Younes, Presse papier et électronique dans les pays du Golfe,  Dar Misria Loubnania, 2014

(présenté par Abdelfettah Benchenna)

 

 

 

photo-livre-zayani

Mohamed Zayani, Networked Publics and Digital Contention. The Politics of Everyday Life in Tunisia, New York, Oxford University Press, 2015

(Présenté par Tristan Mattelart)

 

 

democracys-4th-wave

Philip N. Howard and Muzammi M. Hussain, Democracy’s Fourth Wave? Digital Media and the Arab Spring, Oxford Studies in Digital Politics, 2013.

(Présenté par Tristan Mattelart)

 

 


Séance 6. Jeudi 27 avril 2017 – Salle 407

Franck Mermier (CNRS, Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain, CNRS-EHESS)

Regards sur l’édition dans le monde arabe (Paris, Karthala, coll. « Hommes et sociétés », 2016)

Mermier livre


Séance 7. Jeudi 18 mai 2017 – Salle 407

Ibtissem Ben Araar (Université de Versailles Saint-Quentin, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines)

L’agence France-Presse au Moyen-Orient : développement du réseau et pratiques journalistiques des années 1960 aux années 1980

Cette séance de travail n’a pas été enregistrée.



 

2017-2018

Les séances du séminaire ont eu lieu le jeudi entre 14h30 à 16h30 à la Maison des sciences de l’homme, Paris Nord (20 Avenue George Sand, 93210 Saint-Denis) située à la sortie du métro Front Populaire (ligne 12)

 

Séance 1. Jeudi 12 octobre, salle 404

Zahra Jahan-Bakhsh : Dubai et les canaux de diffusion de l’art visuel de la région MENA

Zahra Jahan-Bakhsh est docteure en sociologie des arts et de la culture de l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Elle est rattachée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS).


Séance 2. Jeudi 9 novembre, salle 404

Alice Bombardier, Les revues artistiques iraniennes des années 1940-1950: des laboratoires de création métissés

Alice Bombardier est agrégée de géographie et titulaire d’un doctorat de sociologie à l’EHESS, ainsi que de civilisations arabe et persane à l’Université de Genève. Elle est l’auteure du livre Les pionniers de la Nouvelle peinture en Iran. Œuvres méconnues, activités novatrices et scandales au tournant des années 1940 paru en 2017 chez Peter Lang (Berne).


Séance 3. Jeudi 14 décembre, salle 404

Thomas Brisson, Les circulations d’intellectuels entre le monde arabe, l’Europe et les Etats-Unis (années 1960-1980). Intellectuels et critiques du monde arabe au prisme du transnational

Thomas Brisson, Maitre de Conférences-HDR au département de science politique de l’université Paris 8 et chercheur au LabTop-Cresppa (CNRS-Paris), termine actuellement un ouvrage de sociologie politique sur les diasporas intellectuelles et les critiques anti-occidentales (La Découverte).


Séance 4. Jeudi 11 janvier, salle 404

Kaoutar Harchi, Le champ des lettres françaises ou la fabrique de l’altérité littéraire. Le cas des écrivains algériens dits « francophones »

Kaoutar Harchi est docteure en sociologie, chercheure associée au Cerlis (Paris-Descartes), post-doctoral researcher à UCLA, Californie. Elle assure actuellement des enseignements à Sciences Po Paris, Reims. Sa thèse, publiée sous le titre Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne. Des écrivains à l’épreuve (Fayard-Pauvert, préf. Jean-Louis Fabiani, 2016) a porté sur les modalités de reconnaissance des écrivains algériens de langue française, en France (1945-2015). Ses travaux de recherche s’intéressent notamment à la formation historique des nationalismes littéraires, à l’émergence contemporaine des champs artistiques et intellectuels au Maghreb, en Afrique ainsi qu’à la circulation internationale des textes et des idées par la traduction.

 

 

 


Séance 5. Jeudi 8 février, salle 404

Némésis Srour, Circulations des films hindis à Beyrouth, au Caire et à Dubaï : circuits marchands, politique et diasporas (1954-2015)

Némésis Srour prépare un doctorat à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (CEIAS/EHESS-CNRS, Paris) sur les circuits de diffusion des films indiens au Moyen-Orient depuis les années 1950. Elle a notamment publié des articles sur le processus de déterritorialisation de l’image dans les vidéos arabes (Š. Paunksnis ed., Dislocating Globality, 2016), sur l’exploitation en Inde (Claude Forest, Hélène Valmary eds., La vie des salles de cinéma, 2014) et sur les réseaux de diffusion des films hindis à Dubaï (D. Marchetti ed., La circulation des productions culturelles, 2017).

Cette séance n’a pas été enregistrée.


Séance 6. Jeudi 8 mars, salle 407

Lectures

Présentation d’ouvrages

Majab al-Imam et Mohammad Abdel Aziz (2014), La traduction et les problématiques périphériques, Travaux du Congrès de Doha organisé par le Forum for Arab and International relations », Fairforum, 2014 (présenté par Sadia Agsous)

Zeynep Devrim Gürsel, Image brokers Vizualizing world news in the age of digital circulation, University of California Press, 2016 (présenté par Dominique Marchetti)

 

 

 


Séance 7. Jeudi 12 avril, salle 407

Angela Jansen, «Il n’y avait pas de mode au Maroc avant» : (Re)Créer l’histoire de la mode au Maroc

Angela Jansen est une anthropologue culturelle et de la mode dont la thèse de doctorat porte sur l’industrie de la mode au Maroc (Université de Leiden, 2910). Elle est l’auteur de ´Moroccan Fashion Design, Tradition and Modernity’ (Bloomsbury, 2014) et co-auteur avec Jennifer Craik de ´Modern Fashion Traditions: Negociating Modernity Through Fashion’ (Bloomsbury, 2016). Elle est actuellement chercheuse indépendante basée à Bruxelles où elle travaille sur un manuscrit concernant l’anthropologie de la mode.  Elle est l’initiatrice du NWFashionConference.org et ses recherches visent à mettre un terme aux notions eurocentriques conventionnelles de la mode, en encourageant un nouveau courant de pensée selon lequel la mode est considérée comme un phénomène multivalent et pluraliste dans le monde.


Séance 8. Jeudi 17 mai, salle 404

Sarah El-Richani, The Lebanese Media. Anatomy of a System in Perpetual Crisis

Sarah El-Richani is a visiting fellow at the Centre for Lebanese Studies, St. Anthony’s College, University of Oxford, UK. She has authored studies for several media development organizations, including BBC Media Action and Article 19.

 
 
 

Cette séance n’a pas été enregistrée.

 


2018-2019

Les séances du séminaire ont lieu depuis cette année le jeudi entre 14h00 à 16h00 à la Maison des sciences de l’homme, Paris Nord (20 Avenue George Sand, 93210 Saint-Denis) située à la sortie du métro Front Populaire (ligne 12). La dernière séance aura exceptionnellement lieu en visoconférence entre 10h et 12h.

Séance 1. Jeudi 11 octobre 2018, salle 407

Alexandre Kazerouni, Libéralisation culturelle et dérive autoritaire en Asie : le cas des musées-miroir du Qatar et d’Abou Dhabi

L’association entre « pays du Golfe » et « culture » est nouvelle, et elle étonne tant elle contredit l’image habituellement associée aux principautés du golfe Persique. La multiplication des annonces de musées à forte visibilité internationale au Qatar et à Abou Dhabi en a été la forme la plus éclatante ces dernières années. Or ces musées-miroir n’ont pas émergé dans un désert culturel. Le Louvre Abou Dhabi n’est pas un « Louvre des sables ». Dès les années 1970, les États de la rive sud du golfe Persique s’étaient déjà tous dotés d’au moins un grand musée national. En comparant ces deux modèles de musées, cette présentation montrera comment de la deuxième guerre du Golfe (1990-1991) est né un nouvel ordre régional qui a non seulement mis à mal l’hégémonie saoudienne sur la péninsule arabique, mais a aussi modifié le rapport de force entre les familles régnantes et leurs sujets. C’est à ce niveau interne du politique que se trouve une dynamique partagée entre le Qatar et Abou Dhabi à laquelle le Louvre Abu Dhabi ou le Musée d’art islamique de Doha participent de la même manière, celle de la restriction de la participation politique de la classe moyenne locale. Cette dérive autoritaire est compatible avec un projet scientifique et un bâtiment innovants que l’intervenant décrira en détail dans le cas du Louvre Abu Dhabi.

Alexandre Kazerouni est politologue, spécialiste du monde musulman contemporain et des pays du pourtour du golfe Persique en particulier. Il est chercheur à l’École normale supérieure, université Paris Sciences et Lettres (PSL), au sein de la Chaire Moyen-Orient Méditerranée du Département Géographie et Territoires.


Séance 2. Jeudi 15 novembre 2018, salle 407

Stefano Barone, Musique Underground et construction du social dans la Tunisie post-révolutionnaire : les cas des scènes Metal, Rap et Electro

La présentation explore les façons dont la musique underground s’articule aux structures sociales dans la Tunisie post-révolutionnaire. Celle-ci se concentrera particulièrement sur les cas du heavy metal, du rap et de la musique électro. Ces différentes scènes imaginent la société tunisienne en manipulant les divers idiomes à propos des inégalités sociales qui circulent en Tunisie, qu’ils soient issus du discours politique, du folklore et du sens commun. Ainsi, les scènes de métal, de rap et d’électro fournissent à leurs membres des instruments pour tenter de changer les structures sociales et acquérir un capital culturel spécifique. Une telle ré-imagination de la société tunisienne génère des effets contradictoires : d’un côté, elle entend transformer les récits sociaux et les modes de vie en Tunisie ; de l’autre, ces musiques underground sont prises dans les contradictions politiques de la Tunisie post-révolutionnaire, ce qui les conduit à être également des lieux de reproduction des inégalités sociales et politiques.

Stefano Barone a obtenu son doctorat en sociologie à la Griffith University (Queensland, Australie) et enseigne la sociologie à l’Université de Central Lancashire (Preston, Angleterre). Sa recherche porte sur l’étude des cultures jeunes et de la musique populaire en Tunisie. Elle contextualise les pratiques musicales et identitaires des jeunes tunisien(ne)s dans les transformations qui ont suivi la révolution de 2010/2011. La fragilité des scènes musicales locales, les conflits identitaires et sociaux, et les relations entre culture pop et dynamiques politiques sont au centre de son travail de recherche.


Séance 3. Jeudi 6 décembre 2018, salle 407 (visioconférence)

Célia Hassani, Scènes artistiques et politiques culturelles au Liban : formulation et consistance d’une demande sociale

L’émergence de politiques culturelles dans les pays du pourtour sud de la méditerranée représente aujourd’hui un enjeu majeur pour la compréhension des sociétés du Maghreb/Machrek. Leur observation rend compte des phénomènes de recompositions sociétales en cours et pose la question du rapport à l’art et de sa place dans les sociétés concernées. Cette demande actuelle en matière de politiques publiques culturelles est un phénomène observable actuellement au Liban. Ces initiatives, qui relèvent de la société civile, sont initiées par des groupes d’acteurs culturels locaux qui s’inscrivent d’emblée à l’échelle régionale et même transnationale. Le cas de Beyrouth, en tant que scène artistique d’importance, est tout à fait révélateur de ce point de vue. En prenant pour objet l’étude de la demande de politiques culturelles des acteurs des scènes artistiques, il s’agit de rendre compte et d’interpréter une revendication sociale, collective et transversale, une volonté de représentation et de régulation publique, entre l’Etat et la société. A partir de différentes scènes sociales, celles des artistes, des opérateurs culturels, des acteurs de la réception critique et des publics, la nécessité d’une politique culturelle se pose comme un objet de débat public en fonction duquel les acteurs justifient de ce qu’ils sont, pensent et sentent, mais aussi de ce qu’ils font.

Célia Hassani est doctorante contractuelle inter-ED à l’Université d’Aix-Marseille. Elle est rattachée à l’Institut de Recherches et d’Etudes sur les Mondes Arabes et Musulmans (IREMAM) et le Laboratoire d’Etudes en Sciences des Arts (LESA). Célia Hassani prépare une thèse sous la direction de Catherine Miller et de Gilles Suzanne. Sa recherche interroge les scènes artistiques libanaises et les enjeux sociétaux que signale et soulève la demande de politiques culturelles qui s’y formule.

Cette séance n’a pas été enregistrée.


Séance 4. Jeudi 17 janvier 2019, salle 407 (visioconférence)

Oceane Sailly, La diplomatie culturelle française dans les pays du Conseil de Coopération du Golfe : histoire, pratiques et enjeux

L’inauguration du Louvre Abu Dhabi en novembre 2017 suivi, en avril 2018, de la signature d’un accord intergouvernemental entre l’Arabie saoudite et la France portant sur le patrimoine culturel, naturel, touristique, humain et le développement économique du gouvernorat d’Al-Ula, témoignent de l’ancrage de la diplomatie culturelle française dans les pays du Conseil de Coopération du Golfe. Alors que cette région stratégique est traditionnellement considérée comme une zone d’influence anglo-saxonne, l’étude des relations bilatérales sous le prisme de la coopération culturelle, scientifique et technique nuance cette hégémonie. En mobilisant notamment la sociologie de la politique étrangère et des pratiques diplomatiques, cette présentation retracera l’histoire et explorera les mécanismes, les enjeux et les défis de la diplomatie culturelle française dans le Golfe, depuis la fin de deuxième guerre du Golfe (1990-1991) jusqu’à l’ouverture du « premier musée universel dans le monde arabe ».

Océane Sailly est doctorante contractuelle à la Sorbonne Nouvelle – Paris III (CIM – Communication, Information et Médias). Après avoir été chargée de mission pour le « Programme culturel franco-émirien – Dialogue avec le Louvre Abou Dhabi », elle réalise actuellement une thèse sur la diplomatie culturelle américaine, britannique et française dans les pays du Conseil de Coopération du Golfe. Pour l’année 2018-2019, elle bénéficie de l’aide à la mobilité de neuf mois du Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales (CNRS/MAE), au Koweït.

Cette séance n’a pas été enregistrée.


Séance 5. Jeudi 14 février 2019, salle 407

Sbeih Sbeih, « Nouveaux » romanciers en Palestine : entre lutte pour le pouvoir et volonté d’émancipation

L’essor que connait la littérature romanesque palestinienne depuis la signature des accords d’Oslo en 1993 nous laisse croire à l’émergence de « nouveaux » romanciers en Palestine. Cette nouvelle production en langue arabe est néanmoins tiraillée par deux logiques opposées : universelle et patriotique. La première se caractérise par la référence aux valeurs universelles qu’entraine l’« ouverture à l’international » dans la nouvelle configuration politique en Palestine. L’enjeu ici peut s’expliquer par la volonté de certains romanciers d’être traduits et lus à l’international, soit d’occuper une place dans la « république mondiale des lettres ». La seconde s’exprime notamment après la fin de la 2e Intifada en 2005 par le « retour » de la cause nationale et de la question coloniale, ce qui fait resurgir le vieux slogan : « l’art, c’est l’engagement ». L’intervention vise ainsi à étudier ces deux logiques et la lutte entre elles dans le champ littéraire palestinien à travers l’analyse des trajectoires de certains romanciers écrivant depuis la Cisjordanie d’une part et la correspondance de ces trajectoires avec les représentations qui animent cette nouvelle production de l’autre.

Sbeih Sbeih est docteur en sociologie, post-doctorant au Labex Med et chercheur à l’IREMAM.

Cette séance n’a pas été enregistrée.


Séance 6. Jeudi 21 mars 2019, salle 407

Cherif Dris, La régulation du nouvel espace audiovisuel privé en Algérie

Sans attendre la promulgation d’un texte de loi qui délimiterait les contours de l’espace audiovisuel privé, des chaines de télévisions ont fait leur apparition à partir de l’année 2011 en Algérie, brisant ainsi le monopole de la télévision publique sur ce domaine. Leur statut juridique n’étant pas clairement défini, la question de leur légalité et des contenus qu’elles offrent s’est rapidement posé. Si la loi sur l’audiovisuel (2014) et la définition des cahiers des charges (2016) ont contribué à lever certaines ambigüités, les dispositions retenues soulèvent une série de questions, qu’il s’agisse des statuts et de la nature de ces chaines (thématiques ou généralistes), des conditions de leur création, des contenus qu’elles doivent proposer et aussi aux missions et prérogatives de l’instance de régulation de l’audiovisuel (ARAV). Ces questionnements posent à nouveau non seulement la question de la perception que les pouvoirs publics en Algérie ont de l’ « ouverture » de l’audiovisuel et de la manière de la réguler mais aussi les rapports entre secteurs public et privé.

Cherif Dris, politologue, est maître de Conférences  et président du comité scientifique du département de journalisme à l’École Nationale Supérieure de Journalisme et des Sciences de l’Information d’Alger.

Enrique Klaus, La régulation audiovisuelle au Maroc et en Tunisie : de l’institutionnalisation à la réforme du secteur médiatique

La régulation audiovisuelle au Maghreb central s’inscrit dans une dynamique de convergence de politique publique susceptible de réformer plus ou moins en profondeur l’Etat autant que le secteur médiatique. Elle marque une rupture avec le passé propagandiste et œuvre à l’ouverture de paysages médiatiques nationaux moribonds, dominés par le secteur public. Ainsi ce phénomène s’inscrit-il au confluent de plusieurs logiques (étatiques et commerciales, mais aussi normatives et nationalistes) dont l’articulation est censée être assurée par les autorités de régulation. Comment s’agencent les logiques économiques induites par la libéralisation avec les logiques politiques qui découlent de l’abrogation du monopole étatique sur les ondes ? Qu’advient le « pouvoir d’imposition symbolique » caractéristique selon Bourdieu du champ étatique ? Quelles logiques sociotechniques en dérivent dans la production comme dans les pratiques de consommation médiatiques des audiences maghrébines ? Nous tenterons de répondre à ces questionnements à partir des cas marocain et tunisien, et en dialogue avec l’expérience algérienne présentée lors de ce séminaire par Chérif Dris.

Enrique Klaus est docteur en science politique de l’IEP de Grenoble.  Depuis octobre 2018, il est enseignant-chercheur à la Faculté de communication de l’Université Galatasaray. Précédemment, il a été pensionnaire de recherche au CEDEJ au Caire (2004-2011), et au CJB à Rabat (2011-2013), puis postdoctorant MAE à l’IRMC  à Tunis (2013-2017), postdoctorant CNRS de l’ERC-TARICA (2017-2018). Parallèlement, il a enseigné au sein de diverses universités en Egypte, au Maroc et en Tunisie. L’essentiel de ses travaux porte sur la régulation audiovisuelle au Maghreb, dans une approche soucieuse des processus d’institutionnalisation des autorités administratives indépendantes qui en ont la charge et, parallèlement, attachée à l’étude de leur production normative en direction du secteur et plus largement de la société marocaine et tunisienne.

Cette séance n’a pas été enregistrée.


Séance 7. Jeudi 11 avril 2019, salle 407

Présentation d’ouvrages

Naomi Sakr and Jeanette Steemers (eds), Children’s TV and Digital Media in the Arab World. Childhood, Screen Culture and Education (IB Tauris, 2017) (présenté par Asmaa Azizi)

Mustafa Kasha and Dan Caspi, The Palestinian Arab in/Outsiders: Media and conflict in Israel, Valentine Mitchell, 2011 (présenté par Sadia Agsous)


Séance 8. Jeudi 16 mai 2019, salle 407

Angélique Girault, La bande dessinée pour adultes dans le Monde arabe : localisme (et ouverture) d’une jeune production

L’émergence dans le monde arabe d’une bande dessinée tournée vers un public adulte a pour particularité de concerner divers contextes nationaux. La quasi simultanéité de cette émergence dans ces différents contextes peut s’expliquer par une similarité des conjonctures sociopolitiques, mais les formes qu’elle a prises résulte aussi de diverses circulations et d’influences réciproques. Bien que l’analyse de cette production invalide l’idée de l’avènement d’une bande dessinée proprement (pan) arabe, les pratiques de ses divers acteurs contribuent au développement d’un espace qui transcende effectivement les frontières nationales. Nous nous proposons d’analyser les facteurs qui déterminent l’ancrage des pratiques autour de l’objet, cherchant ainsi à saisir ce qui influe sur la configuration de ce nouvel espace de production.

Angélique Girault est doctorante en Études arabes (Sorbonne-Université) et en Sciences sociales (EHESS). Elle est rattachée au Centre de Recherches Moyen-Orient Méditerranée (CERMOM) et à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS). Sa recherche porte sur les enjeux et dynamiques liés à l’émergence ainsi qu’au développement de la bande dessinée tournée vers un public adulte dans le Monde arabe au cours de la dernière décennie.

Cette séance n’a pas été enregistrée.


Séance 9. Jeudi 27 juin 2019, salle 413

Attention, cette séance en visioconférence aura exceptionnellement lieu entre 10h et 12h.

Laetitia Nanquette, La littérature iranienne contemporaine : forme, fonction et circulation

Une littérature peut-elle être mondiale quand les sanctions occidentales, la censure interne et un nationalisme exacerbé contraignent la circulation de son espace principal ? Dans cette présentation, je décrirai comment la littérature iranienne contemporaine fonctionne et circule, de la révolution islamique de 1979 jusqu’à aujourd’hui, à la fois en Iran et dans les pays de la diaspora (principalement États-Unis, Australie et Europe occidentale). Etudier un pays « fermé » comme l’Iran permet d’appréhender de façon plus complète les mécanismes de mondialisation culturelle, au-delà des grands conglomérats éditoriaux et des foires du livre internationales. Dans une deuxième partie, je m’attacherai à décrire le champ littéraire à lintérieur de l’Iran, et les contraintes inernes et externes à une plus grande production littéraire iranienne.

Laetitia Nanquette est enseignante-chercheuse en littérature à l’University of New South Wales, Sydney, Australie. Docteure en études moyen-orientales de la School of Oriental and African Studies, Londres, elle a publié Orientalism versus Occidentalism: Literary and Cultural Imaging Between France and Iran Since the Islamic Revolution (I.B. Tauris, 2013). Se rendant fréquemment en Iran, elle travaille actuellement à un livre sur la littérature iranienne contemporaine et sa circulation à travers le monde.

Cette séance n’a pas été enregistrée.


2019-2020

En raison du mouvement social, les séances du séminaire prévues entre décembre 2019 et mars 2020 ont été reportées en 2020/2021 et/ou annulées. Les séances d’avril, mai et juin ont été reportées en 2020/2021, du fait des mesures sanitaires liées au Coronavirus.

Les séances du séminaire ont eu lieu le jeudi entre 14h00 à 16h00 à la Maison des sciences de l’homme, Paris Nord (20 Avenue George Sand, 93210 Saint-Denis) et au bâtiment de recherche Sud du Campus Condorcet (5 cours des Humanités 93322 Aubervilliers cedex) situés à la sortie du métro Front Populaire (ligne 12).

Séance 1. Jeudi 3 octobre 2019, salle 407, MSH Paris Nord

Simon Mangon : Le monde du « développement médias ». Sociologie des politiques françaises de soutien aux médias dans le monde arabe (Tunisie, Jordanie)

Depuis 2011, les organisations internationales se sont massivement tournées vers les « nouveaux » médias arabes, perçus comme les vecteurs de la « démocratisation ». La France, désireuse de conserver son influence dans la région, apporte un soutien financier à ces structures, et organise la formation de journalistes arabes. Au-delà du simple soutien à la presse, ces dispositifs de « développement médias » apparaissent comme des instruments de politique extérieure, permettant de diffuser une certaine conception du journalisme à l’international. Pour autant, ce soutien étranger ouvre des opportunités professionnelles pour des journalistes et permet à des médias d’émerger à la marge d’un secteur dominé par les champs politique et économique. A partir d’une enquête multi-située (Amman, Paris, Tunis),  cette thèse propose d’analyser le monde du « développement médias » comme un espace d’interaction entre des bailleurs internationaux, des ONGs et des médias aux logiques professionnelles multiples. Cet espace transnational est le lieu de luttes politiques et professionnelles qui viennent interroger les frontières du métier journalistique.

Simon Mangon est doctorant à l’Université d’Aix-Marseille, rattaché au laboratoire du CHERPA (Sciences Po Aix). Il prépare une thèse sous la direction de Mohamed Tozy et Magali Nonjon. Son travail porte sur le monde du « développement médias », sur l’émergence de médias « indépendants » en Tunisie et en Jordanie, et sur les dispositifs internationaux de soutien au journalisme.


Séance 2. Jeudi 14 novembre 2019, salle 6.040 (6ème étage), Campus Condorcet bâtiment de recherche Sud, 5 cours des Humanités 93322 Aubervilliers cedex (Métro 12, Front Populaire)

Parisa Pajoohandeh : Les trois pôles du cinéma iranien : les enjeux d’une triangulation tissée (1979-2013) (en visioconférence)

Cette intervention reprend les résultats d’une thèse soutenue à l’Université Paris 3- Sorbonne Nouvelle en 2017 (dir : Kristian Feigelson). Elle porte sur l’industrie cinématographique iranienne. En distinguant trois pôles différenciés du cinéma iranien (« cinéma officiel », « cinéma de l’exil » et « cinéma alternatif »), l’auteure tente, dans une perspective historique, de cerner l’apport de chacun de ces pôles dans la construction d’une « identité » du cinéma iranien. Structurée autour de trois parties, cette présentation questionne, tout d’abord, le statut de l’image animée et l’iconographie dans l’islam chiite, son rôle dans un cinéma pré-révolutionnaire pour se concentrer ensuite, sur la place et la fonction de ces trois figures du cinéma depuis la révolution de 1979 jusqu’à 2013.Une place importante de cette présentation est consacrée, enfin, au « cinéma en exil » et au « cinéma alternatif », depuis 1979, où il sera question plus particulièrement des conditions de leur production et de leur circulation tant en Iran qu’à l’international.

Parisa Pajoohandeh est docteure en Études Cinématographiques et Audiovisuelles de l’Université Sorbonne- Nouvelle Paris III en France. Elle est spécialiste du cinéma iranien postrévolutionnaire. Elle a soutenue sa thèse en décembre 2017 sur « Les trois pôles du cinéma iranien: les enjeux d’une triangulation tissée (1979-2013) ». Elle possède de nombreuses années d’expérience professionnelle dans le secteur audiovisuel chez CTV (Télévision canadienne). Elle poursuit également un projet de post-doctorat intitulé « Alternative Cinema – A fragment of plural – identity » pour l’année 2020 au Canada. Elle travaille présentement sur son deuxième court-métrage “Nowhere Land” au Canada.


Séance 3. Jeudi 12 décembre 2019, salle 406, MSH Paris Nord Cette séance a été reportée à une date ultérieure en raison du mouvement social.

Jade Montané : L’implantation de l’AFP au Moyen-Orient et en Afrique du Nord : une longue histoire rythmée par des accords entre les grandes agences de presse, la décolonisation et les enjeux stratégiques de l’Etat français

Comment l’Agence France-Presse est-elle devenue une des principales sources d’information des médias du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ? L’AFP voit le jour en 1944, à la Libération de Paris dans le but de recréer une grande agence de presse française capable de faire entendre sa voix aux quatre coins du monde. Pour le rayonnement de la France à l’étranger, l’AFP hérite des bureaux bâtis par l’agence Havas, l’une des plus grandes agences de presse des XIXe et XXe siècles et de la fusion des différentes agences dissidentes de l’Office français d’information (OFI), ancienne branche information d’Havas, transformée par le gouvernement de Vichy en vecteur de la propagande nazie. C’est à Londres que d’anciens journalistes d’Havas information donnent naissance à l’Agence française indépendante (AFI), première agence dissidente de l’OFI, qui prend pied au Caire, au Liban, en Syrie et en Palestine. En 1942, c’est le bureau d’Havas à Alger qui fait sécession afin d’émettre comme l’AFI une information française « libre ». Après la Seconde Guerre mondiale, la nouvelle AFP est présente dans la majorité des pays d’Afrique du Nord qui sont sous domination française mais aussi en Egypte, au Liban, en Turquie, en Iran, en Palestine et en Israël. Après la guerre d’Algérie, l’AFP, qui était la seule agence de presse à avoir un bureau à Alger garde, voire développe, sa présence sur le continent africain. Au Moyen-Orient, la décolonisation et le souhait du Général de Gaulle d’étendre l’influence française offrent à l’AFP les moyens de diffuser un service de nouvelles en langue arabe et devenir, dans les années 1970, la principale source d’information des médias de la région y compris pour les pays du Golfe qui étaient sous domination britannique. En 1987, pour continuer à couvrir et à transmettre son information à l’ensemble des pays de la région dont Israël et faciliter la circulation de ses journalistes, l’AFP installe sa direction régionale du Moyen-Orient dans un pays « neutre » à Chypre. Après le printemps arabe, les trois bureaux d’Afrique du Nord sont rattachés à Nicosie qui devient la direction régionale Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) qui gère l’ensemble des bureaux de la zone et diffuse, en texte, photo et vidéo, une information en anglais, arabe et français.

Jade Montané vient de finaliser un doctorat en histoire : L’AFP une entreprise unique, des origines à l’histoire de son statut d’exception, 1832-2015. Chargée des projets d’éducation à l’Agence France Presse, elle travaille actuellement sur deux programmes : un projet européen d’éducation aux médias, Youcheck!  en partenariat avec l’université d’Uppsala en Suède, des universités espagnole et roumaine ainsi que des chercheurs de Paris 3 Sorbonne Nouvelle ; un projet d’éducation pour le ministère de l’Education nationale et particulièrement pour le portail edutheque.fr. Enfin, elle enseigne l’histoire des médias et la culture numérique à l’Université de Saint Quentin en Yvelines (UVSQ).


Séance 4. Jeudi 16 janvier 2020, salle 411, MSH Paris Nord

Cette séance a été reportée à une date ultérieure en raison du mouvement social.

Marie Pierre-Bouthier : Parcours transnationaux de cinéastes marocains (des années 1950 à nos jours). Le cas de la formation des pionniers dans les années 1960-70

Cet exposé se propose de re-parcourir l’histoire du cinéma marocain, de ses cinéastes et de ses productions filmiques, à l’aune des progrès de l’histoire transnationale. Il s’intéressera plus particulièrement aux parcours de cinéastes entre plusieurs pays : formation à l’étranger, expatriation, bi-nationalité, ou co-production internationale. On effectuera dans un premier temps un panorama de ces différents liens possibles avec les pays étrangers pour les cinéastes marocains, en particulier les documentaristes : dans quelles conditions ces départs se font-ils ? quelles conséquences cela a-t-il sur les dispositifs de production ? quels liens sont-ils gardés avec le pays d’origine ? On verra que les femmes sont particulièrement concernées depuis les années 1980 par ce « détour par l’étranger » pour pouvoir travailler et devenir des cinéastes marocaines reconnues. Dans un second temps, on se penchera plus précisément sur la question de la formation à l’étranger, et plus particulièrement sur la période des années 1960-70 où les pionniers du cinéma marocain n’avaient d’autre choix que de partir étudier l’art filmographique à l’étranger, principalement à Paris et à Lodz (Pologne populaire). On verra dans quelles conditions ces départs (et ces retours) se faisaient, en quoi consistaient cette expérience étudiante, et quelles conséquences elle a pu avoir sur leurs carrières, leurs choix de vie, leurs dispositifs de production, et leurs ambitions de cinéastes.

Marie Pierre-Bouthier est docteure en histoire du cinéma de l’Université Paris 1, et diplômée de l’ENS de Paris en Cinéma et Etudes Arabes. Ses recherches, ainsi que ses activités de programmatrice au sein du « Maghreb des Films », portent sur les gestes documentaires de résistance au Maroc et en Tunisie, sur l’œuvre d’Ahmed Bouanani, sur les écoles de cinéma, et sur le genre documentaire. Elle a publié dans Trafic, la Revue d’Études des Mondes Musulmans et Méditerranéens et le Journal of North-African Studies.


Séance 5. Jeudi 6 février 2020, salle 406, MSH Paris-Nord

Cette séance a été reportée à une date ultérieure en raison du mouvement social.

Cristina Moreno Almeida, Rap Beyond Resistance: Staging Power in Contemporary Morocco (en visioconférence)

A new young king, the proliferation of music festivals promoting contemporary genres and the 2003 Casablanca terrorist attacks frame the irruption of rap music into mainstream Moroccan media at the beginning of 2000s. Rap as the new ‘cool’ found itself in a privileged position favoured by a state and urban elites who imagined rappers and hip hop culture as ambassadors of a modern, moderate and liberal ‘new’ Morocco. This presentation based in the findings of my book Rap Beyond Resistance: Staging Power in Contemporary Morocco, brings light to a vibrant and varied rap scene diverse in its political discourses, and its relationship with the country’s elites. While Morocco has one of the most vibrant rap scenes in the Arabic-speaking world, this youth culture has mostly been observed as a tool of resistance. Global media and academics have directed their attention to what they see as politically engaged rappers. The result is a partial image of the rap scene that highlights what fits into Western discourses on democratization and progress, especially since the 2011 popular uprisings in the region. This framework results in an epistemological categorisation that position rappers as co-opted or resistors and thus perpetuates mainstream narratives that portray North African youth culture uniquely as a protest culture. Narrow definitions of resistance obscure the work of many other rappers that do not fit in with the Western secular idea of engagement. Theoretically, this presentation explores resistance arguing towards the need of different epistemological frameworks in which to look at narratives of cultural resistance in the Arabic-speaking world. Empirically, it provides an in-depth look at the politics of rap culture in Morocco. I challenge spaces where resistance has been loosely associated to rap and explore acts of resistance that may remain concealed to many. By exploring what is political, I bring light to a vibrant and diverse rap scene diverse in its political discourses – patriotic, rebellious, conservative and religious– and also uncover different ways in which young artists are being political beyond ‘radical lyrics’ such as through visual culture and the political economy of the music field often overlooked in studies on dissent.

Cristina Moreno Almeida, PhD, is a British Academy Postdoctoral Fellow in the Department of Digital Humanities at King’s College London. Her research is about culture, power, and resistance at the intersection of society, politics and digital media. Her current work analyses memes and digital cultures in Morocco looking at the social, cultural and political ramifications of disseminating cultural production on online digital platforms. She previously worked at the LSE Middle East Centre and the Department of Media and Communications on the project ‘Personalised Media and Participatory Culture’ with American University Sharjah researching young people’s participatory culture, the internet and creative production (2015-2017). She has published on youth, digital media, culture, and resistance. Her latest book is entitled Rap Beyond Resistance: Staging Power in Contemporary Morocco (Palgrave, 2017).


Séance 6. Jeudi 12 mars 2020, salle 413, MSH Paris Nord

Cette séance a été reportée à une date ultérieure en raison du mouvement social.

Abir Krefa : Misère de position et quête de reconnaissance des écrivain.e.s tunisien.ne.s

À l’instar de leurs homologues dans les espaces littéraires centraux, les écrivain.e.s tunisien.ne.s se caractérisent par leur haut degré de formation scolaire. Ils et elles exercent les métiers d’enseignant.e.s (du secondaire ou du supérieur), de journalistes ou de cadres dans l’animation culturelle. Leurs pratiques lectorales les rapprochent également des autres écrivain.e.s. Ils et elles apparaissent toutefois condamné.e.s, en raison du contexte autoritaire, de l’étroitesse du marché des nouveautés littéraires et l’inégale distribution du capital symbolique à l’échelle mondiale (Casanova 2008), à vivre une « misère de position » (Bourdieu 1993). Différente de la « grande misère » dont les traits sont la pauvreté et le dénuement économique, la « misère de position » se définit par l’occupation d’une position dominée à l’intérieur d’un univers prestigieux et privilégié. Les rapports de genre tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’univers littéraire tunisien relèguent les écrivaines davantage à la marge. En essayant d’éviter le double écueil du « misérabilisme » et du « populisme » (Grignon et Passeron, 1989), Abir Kréfa éclairera les activités littéraires improbables des écrivain.e.s tunisien.ne.s. En se fondant sur l’ouvrage (2019) issu de sa thèse, elle reviendra sur les modes et processus de leur socialisation littéraire ainsi que sur leurs rapports, diversifiés, à la domination (de sexe, des espaces littéraires centraux).

Références bibliographiques : Bourdieu Pierre (dir.), 1993, La misère du monde, Paris, Seuil ; Casanova Pascale, 2008, La république mondiale des lettres [1999], Paris, Seuil ; Grignon Claude et Passeron Jean-Claude, 1989, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et littérature, Paris, Le Seuil/Gallimard ; Kréfa Abir, 2019, Écrits, genre et autorités. Enquête en Tunisie, Lyon, ENS éditions.


Séance 7. Jeudi 23 avril 2020, salle 413 MSH Paris Nord

Cette séance a été reportée à une date ultérieure en raison des restrictions liées au Coronavirus.

Aziliz Kondracki, Arabs got formats : Pour une ethnographie de la chaîne de distribution, de production et de diffusion du format télévisuel « Idols » depuis le Royaume-Uni jusqu’au monde arabe

A partir de l’observation de la chaîne de circulation du format Idols – du distributeur jusqu’au diffuseur – la visée de cette recherche de Master a été d’analyser et de comprendre comment ce bien économique et culturel se transforme pour la production d’une émission locale. La transaction de ce format est encadrée par des dispositifs qui veillent à fixer les règles inhérentes à son processus d’adaptation et à réguler le processus de recyclage dont il fait l’objet. Les systèmes médiatiques britanniques et français participent à la formation du système médiatique panarabe en accompagnant les producteurs locaux dans la production de cette émission formatée. Dans ce décor, le format fait donc l’objet d’appropriations multiples, et le modèle de production dont le format est le véhicule devient le support d’un long processus d’agrégation et d’accumulation de savoirs, de techniques mais aussi de normes et de valeurs.  En cela, l’émission locale est le résultat d’un processus transactionnel complexe dans lequel les idées circulent, sont générées ou reformulées. Dès lors, la construction et le maintien de relations sociales significatives entre acteurs divers semble devenir alors une condition sine qua non pour que ce bien circule, s’échange, se transforme.

Aziliz Kondracki est titulaire d’un Master d’Anthropologie sociale et historique de l’Université Jean Jaurès de Toulouse. Elle a réalisé un terrain ethnographique multi-sites pendant deux ans à Londres, Paris, Dubaï et Beyrouth.


Séance 8. Jeudi 14 mai 2020, salle  413 MSH Paris Nord

Maria Adib-Doss, Les talk-shows politiques en Egypte avant la révolution : des arènes de dissidence sous contrôle
Les talk-shows politiques en Egypte constituent un genre télévisuel qui a marqué la scène
aussi bien médiatique que politique en Egypte pendant deux décennies. Accompagnant la
vague de l’ouverture audiovisuel et installé pendant les heures de prime-time, ce dispositif a permis la manifestation de processus sociaux, notamment des mouvements d’opposition, en leur permettant de s’exprimer et de gagner en visibilité. Ces émissions ont fait partie de dynamiques de modernisation de l’autoritarisme sous Moubarak et les ont alimentées, défiant ainsi le pouvoir politique. Elles ont gagné des rôles et un espace de parole que le pays n’avait pas connu depuis 1952, dépassant leur fonction première qui était conçue par le pouvoir et ce, malgré les outils de contrôle que ce dernier a conservés pour garantir un minimum de mainmise sur les médias. Au fil du temps, les professionnels des médias ont pu élargir leurs marges de manœuvre, ce qui leur a permis de détourner les tentatives de contrôle et d’élargir ainsi les domaines de luttes et les espaces de contentieux. Cette présentation revient sur la naissance de ce dispositif, ses modalités de fonctionnement mais aussi sur les moyens de
contrôle et de régulation exercés par le pouvoir politique.

Maria Adib Doss, docteure en Science politique de l’Université Paris II Assas, rattachée au CARISM (Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaire sur les Médias), chercheuse associée à l’IEDES (Institut d’Etudes du Développement de la Sorbonne) et maîtresse de conférences associée à l’Université du Caire.  


Séance 9. Jeudi 11 juin 2020, salle 413 MSH Paris Nord

Romain Lecler, Une contre-mondialisation audiovisuelle ou comment la France exporte la diversité culturelle (en visioconférence)

La réussite de CNN International, le succès financier croissant des blockbusters d’Hollywood à l’étranger ou la diffusion des séries américaines sur les télévisions du monde entier : ces phénomènes ont incité à parler, dès les années 1980, d’une mondialisation audiovisuelle. Celle-ci est sans conteste dominée par les entreprises américaines. Mais des diplomates français ont réagi et initié très tôt une politique de « contre-mondialisation » audiovisuelle qui perdure jusqu’à aujourd’hui. Plusieurs chaînes de télévision transnationales, à commencer par TV5 en 1984, ont alors vu le jour. Une cinquantaine de spécialistes de la télévision et du cinéma sont apparus dans les ambassades françaises – expérience qu’aucun autre pays étranger n’a imitée. Le soutien aux exportations de cinéma et de télévision a aussi permis de mobiliser durablement les professionnels français de l’audiovisuel. Cette politique française a misé sur la diplomatie de la diversité culturelle plutôt que sur le box office international. Elle s’est tournée vers d’autres pays dominés dans la mondialisation audiovisuelle, comme les pays francophones, associés à TV5 ou les pays dits « du Sud », en particulier vers ceux d’Afrique et du Proche et Moyen-Orient.

Romain Lecler est professeur de politiques mondiales au département de Science politique de l’université du Québec à Montréal. Il est l’auteur de Sociologie de la mondialisation (Paris, La Découverte, 2013) et a coordonné le Guide de l’enquête globale en sciences sociales (Paris, CNRS éditions, 2015). Il a publié de nombreux articles sur la mondialisation audiovisuelle, la diplomatie culturelle, les marchés internationaux, les télévisions internationales et le cinéma du monde.

 



Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search