Manifestations scientifiques

Les manifestations scientifiques de ce groupe, qui existent depuis 2015, s’inscrivent dans la continuité d’un ensemble de rencontres initiées par les porteurs du projet, dont nous citons ici quelques-unes d’entre elles. Elles sont très directement à l’origine de cette collaboration. Mobilisant plusieurs dizaines de chercheurs et de professionnels travaillant sur ces questions dans la région MENA, celles-ci ont permis d’établir les fondations de ce réseau en voie de constitution et de son intérêt scientifique. Ces expériences favoriseront la mobilisation dans le cadre d’un projet de recherche collectif et/ou des projets de publication futurs de l’observatoire mais elles montrent que, compte tenu de la faible structuration de certains espaces académiques nationaux, on doit redoubler d’efforts pour prendre connaissance des travaux empiriques, notamment des jeunes chercheurs.


2021

Séminaire de l’ERC TARICA  2020/2021
UMR 7533 LADYSS

Jeudi 4 et vendredi 5 février 2021

Journée et demie d’étude
« Reconfigurations des espaces médiatiques et politiques en Afrique du Nord »


Inscription obligatoire au séminaire : lien

Comité scientifique d’organisation :
Bachir Benaziz (bachir.benaziz7[a]gmail.com)
Abdelfettah Benchenna (benchenna[a]univ-paris13.fr)
Dominique Marchetti (dominique.marchetti[a]cnrs.fr)

Les transformations des espaces médiatiques nationaux dans les pays d’Afrique du Nord se sont accélérées à partir des années 1990. En dehors de l’État et/ou des formations partisanes autorisées, de nouveaux acteurs « privés » investissent désormais dans ce secteur d’activité. Le développement très rapide de la presse en ligne, le poids de plus en plus important des réseaux sociaux dans la production, la circulation et la réception de « l’information » ont non seulement transformé les offres médiatiques, les modes de consommation, élargit les audiences, mais ils ont également fait émerger de nouvelles formes de contrôle de la production de l’information et plus largement des productions culturelles.

Loin de proposer une synthèse à prétention exhaustive de ces reconfigurations des espaces médiatiques en Algérie, en Égypte, au Maroc et en Tunisie, et de celles de leurs rapports aux champs politiques, économiques notamment, cette journée et demie d’étude restitue les résultats d’une série d’enquêtes de terrain, souvent menées dans des conditions difficiles, pour apporter quelques éclairages à partir de quatre entrées. Elle essaie d’amorcer un chantier de recherche.

La première entrée porte sur les réformes politiques à travers une étude des instances de régulation des médias en Algérie, au Maroc et en Tunisie. Concrètement, il s’agit de s’interroger sur les conditions d’émergence de ces instances, les membres ou les types de groupes qui les composent et les modalités de leur sélection, leurs marges de manœuvre, leurs fonctions ou missions (réelles ou affichées), leurs rapports au pouvoir politique et aux autres acteurs du champ médiatique. Plus largement, on s’interroge sur la manière dont ces instances de « régulation » ou de « contrôle », dont les modèles ont été importés, sont en adéquation avec les réalités actuelles des espaces médiatiques des pays concernés.

Le deuxième point d’entrée consiste à partir du cas de la Tunisie à questionner le développement du marché des programmes d’aide aux médias et ses enjeux économiques, professionnels, politiques et géopolitiques. En effet, à la faveur des mouvements de 2011, une série de structures publiques et privées allemands, françaises, britanniques, états-uniennes, etc. ont étendu leurs activités. Dans une perspective politique de « favoriser la transition démocratique », elles ont développé différents types d’actions, notamment de formation, de financement, auprès de médias publics et privés. L’objet ici est de restituer à la fois les transformations de ce marché, ses enjeux et surtout les conditions d’appropriation de ces programmes en Tunisie, qui fait figure de « bon élève » parmi les bailleurs de fonds étrangers et internationaux (États, ONG, Fondations, etc.).

Un troisième axe porte sur les entreprises médiatiques « privées » non partisanes et les conditions dans lesquelles celles-ci ont pu ou peuvent se développer en partant des exemples égyptien et marocain. La libéralisation relative des marchés médiatiques nationaux dans les années 1990 a en effet eu pour principale conséquence l’émergence (ou le retour) du secteur privé : hommes d’affaires, éditeurs, journalistes, hommes politiques, etc. ont investi dans la presse papier, la télévision satellitaire, les médias numériques. Malgré la multiplicité des travaux académiques sur les médias « privés » en Afrique du Nord, des études sociologiques sur ces acteurs « privés » restent encore à faire (profils, trajectoires, motivations, etc.). C’est un point d’entrée pour comprendre les modes de contrôle de cette fraction des espaces médiatiques.

Le quatrième axe s’intéresse, paradoxalement, à un autre angle mort de la recherche sur les univers médiatiques en Afrique du Nord, les journalistes eux-mêmes et leurs conditions d’exercice. En mobilisant notamment les outils méthodologiques et théoriques de la sociologie du journalisme, il s’agit, d’une part, de focaliser l’attention sur le travail concret des journalistes en Algérie, en Égypte et au Maroc. L’objectif est de donner à voir comment les contraintes juridiques, professionnelles, financières ou politiques qui s’exercent sur le travail des journalistes sont vécues, adaptées et ajustées par ces derniers dans leur travail au quotidien. D’autre part, les mutations sociales, politiques et médiatiques que ces pays ont connues ces dernières années, invitent à s’interroger sur les figures journalistiques dominantes et les enjeux qu’elles suscitent (journalisme d’opinion, journalisme d’investigation, journalisme militant, couverture des mouvements sociaux, focalisation sur les « gens ordinaires » ou des groupes sociaux marginalisés, etc.).

***

JEUDI 4 FÉVRIER 2021

9h Vérification des connexions, partage d’écrans

9h30 – Alia Gana, directrice de recherche au CNRS, coordinatrice scientifique du projet ERC TARICA, LADYSS : introduction à la journée et demi d’étude

9h45 – 13 h
1ère session
Politiques et instances de régulation des médias : Algérie, Maroc et Tunisie

9h45-10h15 – Larbi Chouikha, professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Institut de presse et des sciences de l’information (IPSI), Tunis : Le difficile déploiement des « instances indépendantes » dans la Tunisie en « transition » : le cas de l’instance de régulation de l’audiovisuel pendant les élections de 2019

10h15-10h45- Ahmed Hidass, professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Institut supérieur d’information et communication (ISIC), Rabat : Le Conseil national de la presse marocaine

Pause (15 minutes)

11h-11h30 – Cherif Dris, professeur à l’École nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information (ENSJSI), Alger : La régulation du champ médiatique en Algérie : acteurs, logiques d’action et contraintes

11h30-12h30 – Discussion

Pause déjeuner

14 h 00 – 15h45
2ème session
Favoriser la « transition » ?
Le marché des programmes d’aide aux médias

14h-14h30 – Chirine Ben Abdallah, docteure en sociologie, chargée de cours à l’Université Sorbonne Nouvelle, Paris : Transition médiatique et transition politique après 2011 : le cas de la télévision publique tunisienne

14h30-15h – Simon Mangon, doctorant en science politique, Sciences-Po Aix, Cherpa, Le « journalisme d’investigation » en Tunisie : Le genre « idéal » de la « transition démocratique »

15h-15h45 – Discussion

Pause (15 minutes)

16h–17h45
3ème session
Des secteurs privés très encadrés

16h-16h30 – Maria Adib Doss, docteure en science politique, ATER en sciences de l’information à l’Institut français de presse, Université Paris 2, CARISM : Évolution des modes de contrôle de la télévision satellitaire égyptienne privée : de Moubarak à Abdel Fattah el-Sissi

16h30-17h – Abdelfettah Benchenna, maître de conférences en science de l’information et de la communication à l’Université Paris 13, Labsic et Dominique Marchetti, directeur de recherche au CNRS en sociologie, CESSP : L’espace de la presse en ligne au Maroc. Trajectoires « d’entreprises de presse » et trajectoires d’investisseurs

17h-17h45 – Discussion

VENDREDI 5 FÉVRIER 2021

9 h 30 – 13 h
4ème session
Journalistes au travail

9h-9h30 – Asmaa Azizi, maîtresse de conférence en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 13, LabSIC : Journalistes de la presse marocaine et réseaux sociaux

9h30-10h – Bachir Benaziz, docteur en sociologie, ATER en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Nice, chercheur associé à l’ERC TARICA CNRS : Journalistes justiciers et journalistes précaires. Secteur privé et transformation des formes du journalisme-justicier en Egypte et au Maroc

10h-10h30 – Hakim Hamzaoui, maître de conférences à l’École nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information (ENSJSI), Alger : Le journalisme des télévisions privées sous contraintes fortes durant le Hirak en Algérie

Pause (15 minutes)

10h45-11h45 – Discussion

11h45-12h30 – Discussions sur l’organisation de l’ouvrage et le calendrier

 


Nous contacter : erc.tarica[at]gmail.com


2017

Atelier du 2ème congrès du GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans (8 juillet 2017)

Logo GIS

L’audiovisuel entre les États et les marchés

Les transformations du secteur dans la région MENA depuis les années 1980

INALCO, salle 4.10, 65 Rue des Grands Moulins 75013 Paris

13h-15h30

Cet atelier s’est focalisé sur les transformations du secteur de l’audiovisuel dans la région MENA depuis les années 1980. Si les recherches en langue française ont plus porté, depuis le milieu des années 1990, sur la recomposition des champs journalistiques nationaux et transnationaux, en particulier dans les pays majoritairement de langue arabe, peu de travaux se sont intéressées aux autres productions audiovisuelles (téléfilms, émissions radiophoniques, programmes de divertissements, programmes religieux, programmes de télévision à destination des enfants et aux adolescents, etc.), aux usages qui en sont faits ainsi qu’aux structures qui les produisent et/ou qui les diffusent. Le questionnement sur les liens qui peuvent exister entre la circulation et la consommation de ces productions et les transformations que connaissent les pays de la zone MENA est un énorme chantier de recherche.

Cette manifestation, qui a obtenu un financement auprès du Labex ICCA, s’est articulée autour de trois grands axes d’analyse. Le premier porte sur les stratégies des États : les modes de contrôles exercés par les pouvoirs politiques et économiques sur ce secteur ; les enjeux géopolitiques, culturels, religieux, etc. de la production et de la circulation des biens culturels au sein des chaînes de télévision dans la région ; les stratégies et les rôles joués par des instances nationales des États en la matière. Le deuxième aspect privilégie des études de cas de structures économiques (diffuseurs, sociétés de production, etc.) intervenant dans le cycle de vie des productions télévisuelles, radiophoniques ou celles empruntant les nouveaux médias numériques connectés. Il s’agit de s’intéresser à la fois aux contenus audiovisuels produits, à leur économie et aux logiques guidant les agents et structures de ce secteur. Dans le troisième volet, l’accent est mis sur des contributions portant sur la réception et la consommation des productions audiovisuelles par les publics dans la région via les différents supports.

Programme

Larbi Chouikha (Institut de Presse et des Sciences de l’Information, IPSI, Université de la Manouba, Tunis)

Les paradoxes du champ télévisuel tunisien : du désengagement de l’État à la difficile régulation institutionnelle

Depuis le 14 janvier 2011, date de la fuite de l’ex-président Ben Ali, le champ télévisuel est passé de la mainmise d’un État omnipotent à un système de régulation institutionnelle encore balbutiant et peu efficient pour la plupart des acteurs – publics et privés -. Non seulement la culture de la régulation de l’audiovisuel en Tunisie est toute récente mais l’expertise nationale en ce domaine fait encore défaut. D’autre part, ce processus de mutation recèle plusieurs paradoxes. Le contraste existe entre, d’un côté, un cadre juridique jugé libéral et, d’un autre, des pratiques et une gestion bien en deçà des principes édictés. De même, il y a une tension entre, d’une part, un désengagement de l’État et, d’autre part, l’émergence de nouveaux acteurs politiques et économiques peu respectueux des normes et de l’éthique professionnelle. Enfin, on constate une opposition entre ceux qui souhaitent insuffler des réformes en profondeur et ceux qui veulent conserver et faire perdurer le statu quo. La HAICA, instance de régulation de l’audiovisuel, se débat, elle-même, dans les contradictions inhérentes à ces paradoxes. Cette situation imprègne aussi bien la gestion des chaînes privées que celle des chaines publiques.

Abdelfettah Benchenna (Université Paris 13, LabSIC, MSH Paris Nord)

Radio Médi 1 : Géopolitique d’une expérience radiophonique aux enjeux multiples

Créée en 1980 sous l’impulsion du Roi du Maroc, Hassan II, Médi 1 est devenue le modèle à suivre par l’ensemble des initiateurs de radios privées, autorisées à émettre depuis la libéralisation des ondes radiophoniques au Maghreb. L’objectif de ce projet de communication est de tenter d’identifier les multiples enjeux qui président à la création et à la pérennisation de cette radio dans la mesure où sa raison d’être est de s’affranchir des frontières géographiques, linguistiques et culturelles. Dès sa création, Médi 1 est pensée comme une radio destinée non seulement aux auditrices et aux auditeurs marocain(E)s mais également aux Algériens et Algériennes, avec l’appui financier et professionnel de la France, et ce jusqu’à ce jour.

Je cherche à comprendre les raisons de lancement et de pérennisation d’une telle initiative en développant quatre enjeux : l’enjeu politique concernant les relations avec l’Algérie et la question du Sahara ; l’enjeu linguistique relatif au bilinguisme comme mode de communication ; l’enjeu culturel puisque Médi1 se présente comme un modèle culturel ouvert sur l’Occident ; l’enjeu économique au sens où le modèle économique de Médi 1 est novateur, la station faisant appel à la fois aux financement publics français et marocains mais également à la publicité. Ce travail s’appuie sur une série d’entretiens réalisés auprès de journalistes français et marocains ayant travaillé ou qui continuent à travailler au sein de cette radio.

Ratiba Hadj-Moussa (York University, Toronto)

Les publics maghrébins de télévision ou les paroles publiques

Cette communication porte sur les publics de télévision au Maghreb en tant qu’interface entre des régimes politiques de type autoritaire et la sphère publique. Il s’agit ici de considérer ces publics comme des lieux de définition et de reformulation de la pratique politique. Les « révolutions arabes » ont montré l’importance des médias et de la télévision, mais beaucoup reste à faire puisqu’il faut sans cesse situer les liens entre les positionnements multiples des publics et la sphère politique. Cette démonstration et cette enquête s’inscrivent en amont de ces révolutions et s’inspirent d’une phénoménologie critique, attentive aux pratiques des acteurs, soucieuse de ne pas minimiser leurs voix.

Discussion

Financement

Coordination

Abdelfettah Benchenna, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 13, LABSIC

Dominique Marchetti, directeur de recherche au CNRS en section 36 (Sociologie et sciences du droit), CESSP


2017

Final Conference in Doha “Media in Political Transition”  (7-8 janvier 2017)

Intervention d’Abdelfettah Benchenna, Driss Ksikes et Dominique Marchetti à la conférence d’un groupe de recherche sur les médias en Turquie et au Maroc piloté par le CIRMENA (Université de Cambridge) réunissant 14 chercheurs. Les articles sont publiés dans deux revues (The Journal of North African Studies and The International Spectator) et dans un ouvrage collectif à paraître chez Routledge en 2018.


2016

Les économies de la presse privée dans les pays de la région MENA

Les cas des supports de la presse papier et électronique

Workshop à Tunis (15-16 octobre 2016)

 

Ce workshop rassemble un groupe restreint de chercheurs menant des enquêtes de terrain sur les conditions d’émergence et de développement des entreprises de la presse privée sous format papier et électronique dans les pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. La problématique générale vise à restituer de manière comparative les enjeux et les transformations très contemporaines d’espaces journalistiques nationaux sous l’effet des logiques économiques et politiques notamment. Les économies (au sens large) des supports de presse auparavant très liées aux seuls États et partis politiques se sont considérablement diversifiées, tout particulièrement avec le développement des sites d’information électroniques. Ce workshop a fourni un premier pas vers la publication d’une série d’articles des différentes intervenants dans deux prochains numéros (2017 et 2018) de la revue Questions de Communication. Cet atelier est financé par le labex ICCA et l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC).

Samedi 15 octobre

Lieu : IRMC, 20, rue Mohamed Ali Tahar Mutuelleville 1002 Tunis

9h30-10h15 Bachir Benaziz (Université Paris 1, IEDES) – Presse privée en Égypte : Naissance d’un nouveau lieu de production journalistique

10h15-10h45 Discussion

10h45-11h00 Pause

11h00-11h45 Cherif Dris (École Supérieure de Journalisme et des sciences de l’Information d’Alger, IREMAM) – Presse écrite et presse électronique en Algérie: entre pesanteurs politiques et contraintes économiques

11h45-12h15 Discussion

Pause déjeuner

14h00-15h00  Enrique Klaus (IRMC, Tunis), Olivier Koch (Université de Galatasaray, LABSIC, Istanbul)  et Sofien Ammar (IPSI, Tunis) – Les  presses privées post-2011 en Tunisie, mutations économiques et politiques

15h00-15h30 Discussion

15h30-15h45 Pause

15h45-16h30 Abdelfettah Benchenna (Univ. Paris 13, LABSIC, Villetaneuse) et Dominique Marchetti (CNRS, CESSP, Paris) – Les médias au Maroc : une économie (très) politique. Le cas de la presse papier et en ligne depuis le début des années 1990

16h30-17h Discussion

Dimanche 16 octobre

Matinée consacrée à la mise en place d’un numéro de revue sur le sujet. Les articles ont été soumis à la revue Questions de Communication lors du premier trimestre 2017.

Logo ICCALogo IRMC

  • Numéro 15 de la revue L’Année du Maghreb (coord. : L. Chouikha, C. Dris, D. Marchetti et B. Mostefaoui).


2013-2015

Séminaire de recherche sur les cinémas des pays du Maghreb et du Moyen-Orient soutenu par la MSH Paris Nord depuis 2013 (coord. : A. Benchenna, P. Caillé et N. Mingant)

Nouvelle image

  • Colloque « Les médias dans la transition démocratique tunisienne » (Tunis, 28-30 mai 2015) organisé par l’IRMC (coord. : E. Klaus, J. Paris et C. Perarnaud)

2014

  • Journées d’étude du GDRI COMMED « Médias et communications : marchés globaux, échanges locaux » (Rabat) organisé par le CESEM (HEM) et le CRESC (EGE) (coord. : F. Ait-Mous, D. Ksikes et D. Marchetti) ;
  • Colloque international « Jeunes adultes et circulation des biens culturels dans l’espace méditerranéen » organisé par le Labsic et soutenu par le Labex ICCA
  • Colloque « Circulation du film et pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Trajectoires locales, nationales et transnationales » (Saint-Denis) organisé par la MSH Paris Nord, Labsic/Labex ICCA, CREW, IRCAV, ACCRA (Université de Strasbourg), Ville de Saint-Denis ;
  • Colloque « Productions et circulations transnationales des biens médiatiques dans les mondes arabes et musulmans » (Rabat organisé par le Centre Jacques Berque (CJB), l’Institut français d’études anatoliennes (IFEA) et le GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans (coord. : D. Marchetti et J. Paris) qui donnera lieu à un livre à paraître en 2016 en coédition CJB-IFEA ;


2013


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search